AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -29%
Griffoir Lion pour chat
Voir le deal
9.99 €

 

 Quand on joue avec le feu | Saskia

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeMer 24 Oct - 15:42

« Mais vas-y. Je t’en prie. Viens m’arracher la tête, même avec les dents si tu veux. »

Elle le regarda, l’ombre fugace d’une invitation presque tacite à passer à l’acte traversant ses prunelles d’ambre qui se plissèrent avec malice. Saskia avait repris le poil de la bête et semblait dans son élément : elle avait ce qui lui fallait pour garder une contenance et distraire l’ennemi. L’affamer pour qu’il sache se contenter des miettes qu’elle lui accorderait en guise de pitance.

« Vraiment ? »

Le voilà qui se montrait bien généreux ; une facette qui n’était là que pour adoucir l’animal effarouché, pour mieux apprivoiser la sauvageonne avant de la mettre en cage. Saskia soupçonnait Luka de vouloir jouer avec plus malin que lui sans réaliser qu’il était loin d’avoir toutes les cartes en main.

Agitant distraitement sa coupe pour en faire tournoyer le champagne, la jeune femme le jaugea, curieuse.

« Et qu’est-ce qui me garantit que tu ne rompras rien de ce contrat si l’envie t’en prend du jour au lendemain ? Strictement rien, j’imagine. »

La ‘jeune’ moscovite était quasiment sûre d’avoir vu juste, mais la question rhétorique valait malgré tout bien la peine qu’on la pose. La seule possibilité qu’elle dusse accorder sa confiance à un tel traître la faisait bassement rire, et elle était persuadée que dès que l’occasion se présenterait, il l’attaquerait en traître pour obtenir les réels objets de convoitise qui le taraudaient. Et le poussaient à se mettre en danger. Elle pouvait le trahir, la démone était convaincue que le berner ne serait pas plus dur qu’habituellement. Après tous, tous les hommes avaient des vices communs.

Il voulait lui offrir une vie facile, mais l’intérêt était à peine voilé. Par là, il accédait aussi à l’endroit où elle passerait le clair de son temps – il saurait où la trouver, premier point litigieux -, et pourrait aussi lui rappeler qu’elle lui était débitrice de tous les plaisirs qu’il lui accordait en grand seigneur. Etre redevable était une situation d’autant plus intolérable que lorsqu’on devait l’être avec quelqu’un comme Luka.

La brunette laissa un silence infini planer, vidant sa coupe d’un trait, avant de concéder paresseusement un début de réponse plutôt déroutant.

« Soit. »

Sa moue pensive s’estompa pour laisse reparaître un sourire entier, presque carnassier.

« Trouve-moi un boulot bien payé, un appartement, et une moto. Si ca me plaît, alors peut-être qu’on pourrait envisager une collaboration. Et apporte aussi une caisse de ça », acheva t-elle en montrant la bouteille dont elle délestait encore un peu du contenu, après avoir terminé sa cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeLun 5 Nov - 20:24

    « Je ne vois pas pourquoi je te donnerai des garanties, ma douce, se moqua le trader quand elle flaira la faille — du moins, de son point de vue immortel — du raisonnement de l'arrogant russe. Je vais peut-être t'inonder de chèques en bois, tu vas peut-être me bercer de mensonges. Qu'importe ! »
    Ses yeux brillaient de malice... mais pas seulement. Il y avait de la perversion dans ce regard réjouis. Comme si Luka se délectait d'avance de ces miasmes de mensonges dans lesquels ils allaient mutuellement se piéger. Il allait falloir être rusé, très rusé ; il ne se priverait pas pour faire morfler la jolie démone dès qu'il le pourrait. Soit parce qu'il y aurait quelque chose à gagner... Soit parce que, très sommairement, l'idée de rabaisser et d'humilier une créature telle que Saskia flattait d'avance son orgueil. Mourir ? Si c'était pour avoir damner le pion d'un démon... Il était partant !
    Mais finalement, toute démone qu'elle fût — et peu importait ce qui se cachait réellement derrière ce terme romanesque — elle n'en demeurait pas moins une femme et elle se laissa tenter. À moins, bien entendu, qu'elle ne cherchât qu'à tirer un maximum de cette vache à lait providentielle avant de disparaître, ni vue ni connue. Elle pouvait bien rêver ! Vache, Luka pouvait l'être, mais c'était toujours à son avantage. « Enfin, voilà que tu deviens raisonnable. » Se moquait-il ? Luka se moquait toujours, mais de là à dire que sa moquerie était soudainement plus appuyée... Non, pas spécialement. Saskia faisait un premier pas dans sa toile, son piège, son univers. C'était parfait. Mais il allait devoir avancer son premier pion. « Assumons qu'il est dans tes cordes de disparaître du jour au lendemain. J'ai du mal à t'imaginer ralentie par un poste frontière. Alors disons que j'exhausse tes premiers désirs contre un moyen fiable de te retrouver. Cela me semble honnête, non ? Surtout que, dans l'idée, si tu joues le jeu, tu deviens effectivement très facile à suivre, étant donné que je te fournis les deux lieux dans lesquels tu passeras le plus clair de ton temps. »
    Sourire charmeur. Rien n'était gratuit. Rien.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeMar 6 Nov - 16:35

Saskia soutint le regard de Luka sans vraiment changer d'attitude. Un éternel sourire indescriptible flottait sur ses lèvres, alors qu'elle se laissait embarquer dans le flot de ses pérégrinations mentales en imaginant combien d'autres filles seraient tombées dans le panneau en moins de cinq minutes, et ce sans discuter les termes d'un accord aussi béni. Béni, c'était le mot, et il ne fit qu'accentuer son étrange sourire.

La perversion qui étincelait dans la prunelle du russe ne l'étonnait guère ; de son propre avis, il était fou, et il en était d'autant plus à craindre qu'il semblait avoir cette capacité à exploser à tout instant. Une qualité qui n'en était guère une pour la brunette ; à ceci près qu'en tant que démone, elle n'avait que trop peu à craindre - son orgueil parlait une fois de plus pour elle -. Et bien que lui-même était persuadé de la prendre en tenaille avec une facilité déconcertante, elle-même trouvait à chaque impasse sa brèche dans laquelle elle se faufilerait le moment venu.

« D'accord. »

Se saisissant d'un stylo qu'elle venait tout juste de trouver, la moscovite abandonna sa bouteille et s'avança nonchalamment vers le trader. Allons bon, c'était donc si facile ?

La barmaid se planta devant lui, le regardant toujours avec cette odieuse expression de franche hilarité ; Luka semblait dans son esprit être le dindon d'une farce qui allait sans doute déclencher caprices et colères de la part de l'humain, mais qu'importe. Il avait ce qu'il voulait, n'est-ce pas ? Il n'allait pas en demander davantage, puisqu'elle allait lui offrir gracieusement son numéro de portable !

« Donne-moi ta main. »

Faisant fi de toute moquerie de sa part, la main qu'il consentit cependant à lui tendre fut capturée dans la sienne, par une prise soudaine de la part de Saskia. Son regard était fiché dans celui du jeune homme, sa main écrivant dans le creux de la paume sans avoir réellement besoin de voir les 14 numéros, tous véridiques, du cellulaire de la démone. Pourtant, ce geste d'apparence anodine n'en était en réalité d'aucune sorte.

Il voulait toujours l'avoir auprès d'elle, mh ? Il voulait pouvoir l'appeler jour et nuit, savoir où elle se trouvait. Il aurait ce qu'il voulait, oui ... et même plus encore. L'heure était à la fois grave et légère, car Saskia avait bel et bien décidé sur un coup de tête décisif de lier leurs âmes. Elle lui tairait toutes les conséquences, tout ce que cela impliquait. Elle ne lui cachait pas la nature du lien qu'elle établissait entre eux, après tout, il finirait sûrement par intégrer l'idée dérangeante que ce soir-là, elle n'avait pas simplement apposé son numéro à l'encre, mais bien plus que ça.

A chaque numéro qu'elle inscrivait, c'était presque comme si la mine brûlait la peau du russe aussi fugacement que soudainement. D'ailleurs, il n'avait lui-même pas besoin de voir les chiffres pour deviner leurs formes exactes, et leurs courbes - il pouvait presque même avoir l'impression que la série de nombres s'imprimait en lui plus fortement que n'importe quel tatouage -. Ses yeux ne se détacheraient même pas des siens avant qu'elle ne le décide, avant que tout ca soit terminé ; c'était un magnétisme à la fois oppressant et fascinant. Même la tension que les doigts de Saskia exerçaient sur sa chaire était étonnamment forte, comme si elle craignait qu'il ne la lâche, mais dénuée de toute volonté de blesser.

Ce ne fut que lorsqu'elle lâcha subitement son poignet, le repoussant presque d'elle avec dégoût, qu'elle s'autorisa un bref éclat de rire, presque un aboiement. L'adrénaline l'avait vidée, et ses épaules alourdies ne lui dictaient qu'une seule idée : s'en aller pour un repos bien mérité.

« Voilà ! Tu sais où me joindre ; maintenant ... Je vais te laisser comme un grand garçon. »
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeMer 7 Nov - 16:42

    « J'ai l'impression de redevenir un lycéen, se moqua le russe en s'exécutant cependant. Si elle voulait lui marquer un numéro de téléphone sur le bras, elle pouvait bien se faire plaisir... Pas dit qu'il lui offrît une nouvelle vie en échange, mais qui ne tentait rien à rien, n'est-il pas ?
    Dès qu'elle appuya la bille froide sur sa paume, il sut qu'il avait bien fait. Oh, il fut surpris — et pas qu'un peu — alors qu'il sentait soudainement les mains de la démone bouger comme si elles eussent été les siennes. Il ne dit rien, cependant, et figea son visage en une expression à mi chemin entre la moquerie et l'envie. Chaque numéro qu'elle traçait sur sa peau était comme un pas en avant, il ignorait tout de la destination mais tout ce qu'il savait, c'était qu'ils y allaient ensemble. Et même plus que cela. Il avait l'impression de gagner un peu plus de force, de vitalité chaque seconde. Comme s'il la tirait d'elle, comme s'il la... possédait. Terrible et étrange sensation, le russe se demanda soudainement si elle était partagée. Si Saskia ressentait tout ce qu'il ressentait avec une acuité semblable à la sienne la concernant, alors il ne pouvait que la plaindre. Il savait que sa psyché était un joyeux bordel et doutait sincèrement que la démone y trouva quoique ce soit qui l'intéressât.
    Bon dieu, que c'était bon ! Luka avait pris son pied un nombre incalculable de fois, que ce fût grâce à la drogue, à une — des — femme, à une victime qu'il traînait dans la boue, à un clodo qu'il tabassait, pour le plaisir. Ou bien cette fois là où il avait tué. Il serra son poing libre, désireux de tester cette nouvelle force.
    Et puis, Saskia rit. Enfin, rire était un bien grand verbe pour ce cri amusé, on eut dit qu'un animal s'était emparé de son corps. Il rit avec elle, alors qu'elle le repoussait. Elle était dégoûtée ? Pauvre enfant. Lui rayonnait de vitalité. Bien entendu, il ignorait que, bientôt — dans un jour, dans un mois, dans un an — cette force serait un vague souvenir. Il ignorait que désormais, son âme ne lui appartenait plus. Qu'elle était dévorée lentement par le monstre que pouvait être Saskia. Il ignorait que cette énergie vitale n'était, au final, qu'un état de grâce. Un jour, le sommeil le fuirait. Avec le temps, plus rien ne saurait tromper son ennui. À partir de la seconde où elle avait posé sa griffe sur sa peau, elle l'avait condamné. Mais ne l'était-il pas déjà ? Avec un peu de chance, il mourait simplement avant qu'elle eut pu vraiment se rassasier de son âme. Sans savoir quel pied de nez il lui faisait.
    En attendant, il était tout de même assez conscient pour se rendre compte qu'il n'était pas simplement plus réveillé. Il vérifia simplement en fermant les yeux et l'évidence le frappa : il savait où Saskia sa trouvait. Pas grâce à sa mémoire, non. Il la sentait — et on ne parlait pas ici de son parfum, aussi doux fût-il — et il n'avait qu'à tendre la main pour toucher sa joue. Il s'exécuta et il eut l'impression fugace — mais vraiment, c'était si léger qu'il aurait pu croire s'être trompé, s'il n'avait pas été lui — de se toucher lui-même.
    Sa première pensée fut de se demander se devait être, de coucher avec elle, désormais. Il eut envie de rire à la Saskia. « Oh. Tu me quittes déjà ? » Chargée de moquerie, sa voix brisa le potentiel élan qui avait peut-être animé la demoiselle vers la porte de sortie. « Enfin, je peux comprendre. Je te fais fuir... Je fais souvent cet effet là, malheureusement. » Et il ne se gêna pas pour abreuver le lien qui les unissait désormais — et qu'il ne maîtrisait pas du tout, mais qu'importait — d'une bonne dose de mépris.
    Sa manière à lui de dire reste avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeMer 7 Nov - 17:25

Cet effet-. Non content de se sentir inexplicablement fort, le trader s’était sûrement tant emballé que son ego lui avait murmuré d’en faire des tonnes. Elle ne releva aucun de ses gestes ni de ses regards, feignant de ne pas comprendre son manège ou même de saisir ce qui sautait au visage dans chacun de ses mots. La jeune femme tourna lentement les talons, lui refaisant face, un air promptement lassé accroché à son visage.

« Eh bien quoi. J’ai fait ma part du job, toi la tienne, je pense qu’il n’y a plus rien qui me retient, non ? »

Et pourtant elle s’était arrêtée, les bras croisés. Attendant presque patiemment qu’il daigne lui demander ce qu’il avait à demander, et qu’il la laisse partir. Oh, elle pouvait s’en éloigner, elle pouvait, si elle en avait la volonté nécessaire et véritable, se détacher de lui pour quitter l’appartement. Saskia soupçonnait que leur lien, encore trop neuf, ne se renforcerait qu’avec le temps et une considérable dose de confiance mutuelle. Elle n’imaginait là que des hypothèses, des possibilités de ce qu’un lien aussi controversé pouvait engendrer.

Cela faisait bien quelques mois qu’elle n’avait pas décidé de se nourrir de cette manière, et pour ainsi dire la barmaid s’en trouvait aussi réjouie qu’épuisée. La soirée, riche en péripéties, s’annonçait en demi-teinte, et la brunette regrettait presque de ne pas être restée dehors, ou d’être rentrée chez elle. La fraîcheur des nuits londoniennes avait le don de vous faire garder la tête froide. Certes, ne pas se lier à un humain était presque comme une période de jeune végétatif, une passade où l’on se sentait vaguement affaibli, mais où les meilleurs substituants résidaient dans les paradis les plus artificiels.

Le silence plana dans l’appartement pendant une poignée de secondes qui parurent plus éternelles que les neiges elles-mêmes, et Saskia de soupirer, passant une main affable dans sa propre chevelure.

« Je suis fatiguée, alors si c’est uniquement pour qu’on se regarde comme deux chiens de faïence, je pense que ca attendra demain ... »

La démone se retourna encore, esquissa quelques pas et récupéra son sac qu’elle avait jeté au pied du canapé le plus proche. Jetant à peine un bref coup d’œil par-dessus son épaule, la brunette acheva.

« Et contrairement à toi, je n’aime ni l’odeur ni la texture du sang poisseux sur mes fringues, alors je pense que je vais rentrer chez moi enlever tout ça. »

La russe imaginait déjà les commentaires presque immédiats l’éclabousser, espérant cependant naïvement que ni la fatigue, ni le champagne, ni la persévérance malsaine de Luka n’entameraient sa décision. Si les deux premiers points se défendaient, le dernier était tout bonnement incalculable.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeVen 9 Nov - 8:51

    D'une certaine façon, elle n'avait pas tort. Il fallait bien avouer que Luka avait eu exactement ce qu'il voulait ; et plus encore, mais il ne savait pas encore ce qui se cachait derrière le bonus. Il aurait pu la laisser partir, lui faire cette fleur, en grand seigneur. Seulement voilà, le trader était tout sauf un grand seigneur et lui voyait les choses sous un point de vue bien plus... pragmatique. Quoiqu'elle eut réellement manigancé, derrière cet étrange don qu'elle venait de lui faire, il n'en demeurait pas moins qu'elle était affaiblie. Oh, le moscovite ne doutait pas que sa capacité à broyer des têtes fût intacte, mais le mental semblait lui attaqué. Après tout, elle battait en retraite, ni plus ni moins. Alors, s'il pouvait résolument penser qu'elle ne se liait pas tous les jours, il faisait peut-être face à une Saskia plus faible que jamais. Son unique occasion de frapper un grand coup, avec un risque proportionnellement minimum. Ce qui ne voulait pas dire non mortel, cela était évident.
    Toujours était-il que Luka n'était pas disposé à la laisser partir. Et ce même s'il n'avait encore aucune raison valable de la retenir. « La douche est par là, indiqua-t-il grand seigneur à la demoiselle quand elle se plaignit de l'état déplorable de ses vêtements Et je dois bien avoir quelques vêtements féminins qui traînent quelque part. On ne sait jamais qui on ramène chez soi, tu comprends ? » Il pensait se souvenir d'au moins une conquête qui était repartie de lui littéralement nue. Ce souvenir lui arracha un sourire amusé et il haussa les épaules. Et alors qu'elle s'apprêtait à protester, il ajouta : « Et ne t'inquiète pas, tes jolies fesses resteront sauves. Dans ton état, je suis sûr que tu serais un coup déplorable. »
    Et bim.
    Toujours était-il que, pour donner l'exemple, il sa chemise en effet attaquée par le sang et, après avoir effectué le trajet jusqu'à la poubelle la plus proche, la jeta négligemment. « Alors ? Promis, ma douche est mieux que la tienne. »
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeVen 9 Nov - 15:31

Bon. Cinq minutes. Pas une de plus. Saskia pouvait bien faire ça. Elle n’allait pas se laisser piéger comme une débutante, même si la simple hypothèse de prendre une douche dans la tanière du loup ne semblait ni raisonnable ni digne d’une démone aguerrie. Mais c’était bien la seule option. Luka voulait jouer, ne semblant absolument pas fatigué malgré l’heure tardive ; désireux de soutirer le maximum à la jeune femme, il espérait que la pousser dans des retranchements primitifs la ferait craquer comme une jeune fille en fleur.

Sa dernière remarque glissa sur elle, et un ricanement répondit à ses petites attaques provocatrices sans qu’elle n’en donne aucun autre commentaire que le suivant.

« Je n’ai strictement rien à te prouver au lit, Igniatev. »

Revancharde, écoutant peut-être une fois de trop son égo, la jeune femme reposa son sac sur le canapé et prit la direction de la salle de bains. Ce fut tout juste si son regard glissa sur le torse du russe – et puis quoi encore, avouer qu’elle y avait jeté un œil plus appréciateur qu’observateur aurait été bien au-delà de sa fierté – dénudé alors qu’elle s’éloignait vers la porte, la poussant pour la refermer aussitôt une fois qu’elle y était rentrée. La moscovite s’appuya contre cette dernière, balayant d’un regard presque écoeuré la pièce, qui avait les dimensions de sa propre chambre. La vie souriait avec une grande hypocrisie à ce fumier ; et la perfection presque artificielle de la salle d’eau lui donna une furieuse envie d’exploser le miroir, rayer les vitres de la douche et d’inonder le tout.

Elle s’approcha du lavabo, poussant un soupir en tirant sur son propre tee-shirt pour constater les dégâts matériels. Tendant l’oreille en ne distinguant aucun bruit suspect à l’extérieur de son cocon de paix provisoire, la brunette se débarrassa du haut, pendant qu’elle ouvrait le robinet, déversant un flot glacé sur le tissu écarlate. Un vague frisson lui parcourut l’échine alors qu’elle frottait énergiquement les traces de sa culpabilité, la vasque se teintant d’un rose délavé presque agréable à l’oeil. Saskia ne se sentait pas aussi à l’aise qu’elle l’imaginait. Seule, plongée dans un silence relativement perturbant par rapport au fond sonore des moqueries de Luka, et pourtant persuadée que quelque chose quelque part était sûrement occupé à la reluquer avec un grand plaisir. Des idées, c’était juste des idées en l’air.

Elle laissa le tee-shirt détrempé reposer là alors que ce dernier avait retrouvé sa couleur originelle, se débarrassant aussi rapidement que possible du reste de ses vêtements, les posant bien en évidence – elle avait des réminiscences de ces blagues douteuses qu’on voyait dans les films où les habit disparaissaient au sortir de la douche, moment inopportun – alors qu’elle s’engouffrait nue comme un ver dans la cabine translucide.

L’eau était brûlante, et la démone ne put retenir le soupir de satisfaction qu’une telle délivrance aquatique lui offrait. Il n’y avait pas plus simple et plus jouissif bonheur que de sentir sa peau consciencieusement débarrassée de tout. Si l’âme pouvait être lavée de tout scrupule et de toute faute de cette même façon, Saskia aurait volontiers accepté l’expérience.

Le lien tout nouveau qu’elle avait engendré ne lui plaisait pas. Elle avait protégé des humains, certes, ca ne lui était pas arrivé si souvent que cela ; la plupart n’étaient que des prétextes pour accroître sa force, sentir la puissance extatique s’emballer en soi. Mais Luka n’était vraiment pas digne de ce qu’elle venait de faire. Il pouvait tout ruiner ; il pouvait tout savoir, et comme un gosse, jeter aux yeux de tous ses faiblesses pour les piétiner allègrement. Il ne lui accorderait pas plus de répit qu’elle n’avait eu de pitié sincère pour lui. Au fond d’elle-même elle le haïssait ... Mais ne pouvait s’empêcher d’y ressentir quelque chose, d’y distinguer une familiarité. Un trait commun entre eux.

Tirée de ses pensées par la brusque sensation de refroidissement de l’eau, Saskia poussa un grognement. Appartement couvert de feuilles d’or à la plomberie défaillante, ca valait bien le coup de travailler à la City, songea t-elle, morose, alors qu’elle essorait brièvement sa chevelure humide.

« Pose les fringues devant la porte, je les prendrai comme ça ! » cria t-elle à l’adresse du trader, qui, elle l’espérait, l’avait sûrement entendu – sa voix savait se faire tout à fait perçante, Luka ne devait pas en douter -.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeLun 12 Nov - 17:45

    Il était avéré que Luka pouvait être un parfait connard, malveillant et sadique. Aussi, il ne laissa pas filer la première idée qui lui vint quand les cheveux de la belle Saski disparurent derrière la porte de la salle de bain. Bien entendu, le loquet claqua son impérieux désir de garder sa pensionnaire pour lui tout seul ce qui fit sourire le russe. Allons bon, elle avait si peu confiance ?
    Il attendit le temps qu'il fallait avant de se diriger tranquillement vers un mur d'apparence banal et, appuyant là où il fallait, il découvrit le « passage secret » qui menait à son chauffe-eau. Il n'allait pas laisser pareil placard défigurer son chez-lui, mais avoir accès à cette petite merveille de technologie pouvait être utile. Surtout si, comme lui, on désirait enchaîner les crasses à l'encontre d'une démone vraiment trop crédule. Sans l'ombre d'une hésitation, le nanti se transforma en savant bricoleur et il coupa purement et simplement l'eau chaude. Il l'entendit pas le grognement qui vint répondre à l'étreinte d'une eau soudainement glacée mais sa peau se couvrit de frissons et il regarda son avant-bras avec une surprise non feinte. C'était fichtrement intéressant, ça.
    Bientôt, la voix impérieuse de son invité résonna dans tout l'appartement et Luka haussa un sourcil amusé avant de lui répondre sur le même ton. « Si tu commences déjà à faire comme chez toi, ça risque d'être encore plus facile que ce que j'avais prévu, » se moqua-t-il avant de s'exécuter. Oh, bien sûr, la laisser bête comme ses pieds et complètement nue dans la salle de bain était tentant, mais il avait une meilleure idée. Quand, mettant fin à l'attente, il lui annonça qu'elle pouvait se servir, ce n'était pas un beau jean ou un haut sympa qui attendait la démone. Non, à la place, il avait déposé de la lingerie. Attention, de la belle lingerie, classe et élégante et aux antipodes du vulgaire ; mais osée et plus qu'osée. Lui même attendait, confortablement assis, que la diablesse sortît de son antre. Il avait changé de pantalon, optant pour un exemplaire en toile noir léger et sobre. Pour le reste, il demeurait torse nu.
    Mine de rien, il avait hâte de voir ce qui allait sortir de la salle de bain.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeLun 12 Nov - 20:11

Elle patienta jusqu'à entendre un bruit de pas s'approcher de la porte et déposer le colis fameusement attendu. Guettant alors que les dites chaussures se soient éloignées de manière suffisamment sécuritaire de la porte pour qu'elle n'eut rien à craindre, Saskia garda l'oreille collée au pan de bois, avant de lentement déverrouiller la serrure.

« Tu sais ce qui va être encore plus facile que prévu ? » lui rétorqua t-elle audiblement.

Elle entrouvrit la porte, attrapant sans regarder le petit tas de tissu qui avait été déposé pour disparaître aussi vite qu'elle était réapparue, son bras s'évaporant dans le claquement de la porte. Alors que la brunette découvrait avec horreur que Luka n'avait pas vraiment été honnête sur la marchandise qu'il possédait, un peloton de jurons s'échappa de ses lèvres, tandis qu'elle grinçait, la mâchoire serrée.

« De venir te foutre un pain dans cinq minutes. »

Qu'est-ce que c'était que ces accoutrements ? Non seulement c'était à sa taille - ce qui ne la rassurait pas vraiment sur l'oeil un poil trop attentif d'Igniatev -, mais c'était aussi, au vu des étiquettes estampillées de marques trop bien connues, excessivement cher.

« Va me chercher des vêtements, ou je risque de vite me montrer agacée. »

Elle aboya de nouveau à l'adresse du trader, visiblement contrariée. Ses affaires encore humides allaient sauver les apparences tant bien que mal en dépit du fait qu'un tee-shirt humide devenait plus moulant et suggestif qu'une seconde peau. La russe, pourtant presque résignée, reposa ses propres vêtements. Non, Saskia n'avait pas envie de lui donner aussi facilement raison. A vrai dire, plus elle s'écoutait, plus elle avait envie de rentrer dans son jeu. Parce qu'il aurait été trop facile de jouer la pudique effarouchée qu'on choquait en exhibant un tanga et un bout de tissu en dentelle, la moscovite était même tout à coup persuadée qu'elle pouvait sans aucune difficulté coincer Luka dans son propre piège. C'était un homme. Elle n'avait pas besoin d'aller au bout des choses : lui obéir suffisait amplement.

C'est ainsi que Saskia se retrouva à enfiler l'ensemble le plus équivoque non sans un sourire fier. Le reflet que le miroir lui suggérait était d'autant plus satisfaisant qu'elle s'admira quelques bonnes minutes, un temps assez efficace pour faire languir le londonien de l'autre côté du mur, qui devait se réjouir en imaginant le cruel dilemme intérieur de la russe - dilemme rapidement résolu puisqu'elle s'apprêtait à fignoler les derniers détails de sa petite vengeance, replaçant quelques mèches savamment et réajustant une bretelle avant de reprendre le manteau long qu'elle avait par chance ôté de nouveau dans la salle de bain. Un soupir résolu plus tard, la brunette poussa la porte et retrouva avec une aisance assez déconcertante le chemin du salon, se plantant tout juste devant Luka.

La silhouette farouchement enveloppée dans sa grande veste sombre, Saskia balança un regard féroce à Luka, dont elle nota que la tenue n'avait pas changé - le contraire l'eut surprise -.

« Bravo, très bien joué. Je suis morte de rire. »

Alors qu'il pensait sûrement s'en tirer à coeur joie sous un flot d'insultes copieuses et de remarques féministes sur sa bassesse d'esprit, sa gaminerie et son insondable perversité, Luka Igniatev venait certainement de tomber sur une femme plus rusée que lui sur ce coup de maître, qui s'avérait des plus dangereux pour l'unique raison qu'il venait de se retourner contre lui ; et comme on fait tomber les masques après une comédie savamment jouée, la diablesse fit tomber le manteau, dévoilant, en sus d'une pastique terriblement désirable mise en valeur par l'affriolant ensemble, un petit air parfaitement irritant, qui savait exactement quel effet son jeu aurait.

« Je vais devoir aller chercher tout ça moi-même, apparemment, puisque tu ne veux pas m'aider. Quel dommage. » Susurra t-elle langoureusement.

Lui tournant ostensiblement le dos - et exhibant par la même occasion une chute de reins qui valait considérablement le détour -, Saskia s'éloigna dans une enjambée lascive, renversant au passage la bouteille de champagne par terre par un malencontreux geste ponctué d'un petit « Oups » tout à fait charmant. se repérant au jugé et à la logique pour prendre la direction de la chambre, où elle supposait trouver des vêtements pour cacher une telle oeuvre et se satisfaire du désir mal contenu qu'éprouverait ce gosse mal éduqué d'Igniatev. Elle pénétra dans l'antre du loup, se débarrassant aussitôt de son rôle d'allumeuse. Saskia ne fut pas étonnée par les proportions de la pièce, mais ne perdit pas de temps en considérations futiles et poussa la large porte qu'elle analysait comme seule possibilité de dressing ... Et fut servie, tandis qu'elle jetait un coup d'oeil par dessus son épaule, curieuse.

La vengeance de Luka n'allait certainement pas tarder, alors autant faire vite.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeMar 13 Nov - 17:32

    « Me voilà rassuré. »
    Il était difficile de deviner ce que pensait Luka quand il rejoignit finalement la démone. Son regard brillait d'une lumière nouvelle et il ressemblait presque à un prédateur observant avec attention sa proie. Belle bête, assurément, avec un corps de rêve et des atouts pour elle qui allait au delà du simple physique. Qu'importait qu'elle fût démone, car l'humain qui lui faisait face ne la regardait que comme du gibier.
    « C'est amusant, mais avant ce soir, jamais je n'aurai imaginé que des êtres comme toi pouvaient être... comme toi. » Ses lèvres se tordirent finalement en un rictus moqueur et le chasseur laissa place au Luka que Saskia commençait à bien — trop ? — connaître. Suffisant, moqueur, méprisant et tout le tralala. « Tu es quoi ? Une sorte d'écolière ? Une apprentie démone qui a encore tout à apprendre ? Parce que, certes, tu résistes au balle... Mais mon Dieu ! Ma petite sœur se contrôle mieux que toi. » Modulo le fait qu'il était fils unique, cette déclaration était sans doute la plus sincère qu'il eut jamais faite. « Enfin, je suis rassuré, comme je le disais. Tu as quand même assez de recul pour te rendre compte que tu ne peux pas être ridicule bien habillée. »
    Parce que, même s'il avait très vite repris le contrôle de lui-même, Luka pouvait bien avouer — il était de toute façon certain qu'elle l'avait senti — que l'apparition sensuelle de son invitée ne l'avait pas laissé indifférent. Si elle avait décidé de jouer vraiment avec lui, il aurait pu céder. Mais il semblait que l'idée qu'il la touchât était encore trop écœurante. Ça, c'était lui qui le savait. Décidément, ce lien avait vraiment des bons côtés.
    « Bon, maintenant qu'on a un peu de temps pour être un brin sérieux, continua-t-il sans la déranger alors qu'elle fouillait sans remords dans ses affaires, si on parlait un peu de notre nouvelle... condition. »
    Et sa voix souriait. Le jeu reprenait.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeMar 13 Nov - 18:15

Réprimant une envie soudaine de rire alors qu'elle sentait une chaleur qui ne lui appartenait guère quitter lentement ses entrailles, Saskia n'eut même pas besoin d'agir pour savoir de source sûre qu'il était dans son dos, et autrement préoccupé à s'imposer une douche mentale glacée pour pouvoir mordre et attaquer à sa mesure. C'était peine perdue ; trop guillerette du fait de sa petite mise en scène - un peu facile, soit, mais efficace -, la démone ne semblait pas vraiment prendre au sérieux les tentatives hargneuses du trentenaire.

« Oh, Luka, tu nous enterreras tous, toi et ton grand sens de la mauvaise foi ... » Lâcha t-elle distraitement alors qu'elle trouvait enfin quelque chose qui ressemblait à autre chose qu'une chemise d'homme, mais qui ne s'avérait qu'être un pendant féminin. Certes, on pouvait faire mieux, mais cela au mieux pour apaiser les appétances furieuses du russe. « C'est à une de tes collègues ? »

Alors qu'elle enfilait le vêtement pour le boutonner avec soin avant de retourner à sa besogne afin de dégoter un bas et de pouvoir s'en aller en paix, la jeune brune arqua un sourcil alors qu'elle avait le nez littéralement dans les étagères et les portants, ne prenant même pas le temps d'accorder une quelconque attention visuelle au parasite qui essayait une énième fois de lui soutirer des informations qu'il n'aurait cette fois-ci pas en main.

« Nouvelle condition ? Eh bien, je serais enchantée de t'écouter à ce sujet. Pour ma part je n'ai pas grand chose à en dire. »

Et alors qu'elle se demandait quelle théorie allait lui pondre le surdoué psychotique de la finance londonienne, ses mains finirent par tomber avec bonheur sur quelque chose de concluant ; se débarrassant à grands renforts de gestes brusques des gênes vestimentaires qui encombraient les placards, Saskia mit un terme au chaos qu'elle venait d'instaurer dans le petit dressing, sautant à pieds joints dans le pantalon tailleur strict qu'elle avait dégotée. Cerise sur le gâteau, il était à sa taille - ce qui n'avait soit dit en passant rien ôté de glauque à la situation - ! Rentrant les pans du chemisier alors qu'elle parachevait les détails de sa tenue, la barmaid pivota, passant devant le nez de Luka pour constater l'effet final, qui avait le mérite inestimé de lui redonner chaleur, couvrance et pudeur. Ainsi rhabillée, elle se sentait bizarrement guindée, et se mordit la lèvre pour ne pas s'esclaffer, songeant à voix basse.

« Sans blagues ... Y en a t-il une seule à ton boulot qui ne soit pas passée par ici, mh ? »
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeVen 16 Nov - 15:45

    « J'ai une vie après le travail, ma douce. Si j'ai en effet pris plaisir à faire connaissance avec mes collègues — et les femmes de mes collègues — tu ne crois pas que j'aurai pu ramener chez moi... Oh, je ne sais pas, moi, une barmaid, par exemple. »
    Elle était adorable, la Saskia, mais Luka n'était pas dupe : elle tournait autour du pot. Elle pouvait bien se le permettre, au fond. La garce semblait penser qu'elle le tenait, de part cet étrange lien qu'elle avait établi entre eux. Si le russe s'en réjouissait sincèrement, il n'en demeurait pas moins avide d'en apprendre plus sur cette diablerie qui était désormais à l'œuvre. Bien entendu, il était au fait des mythes qui tournaient autour du diable et de ses serviteurs. Alors, l'idée faisait lentement son chemin : peut-être avait-il perdu son âme. Si c'était le cas, il voulait bien rire au nez et à la barbe de Satan lui-même. Que pourrait-il bien faire de son âme ? Luka n'était même pas persuadé d'en posséder une. Une âme devait vouloir survivre ; c'était obligatoire. Lui n'en avait aucune envie. Il avait envie de tendre ce fil qui représentait sa vie pour voir jusqu'où il pouvait tenir. Et puis, finalement, il voulait le voir céder et profiter de cette ultime seconde pour s'abandonner, enfin, à son triste sort.
    Cette nuit là, il lui avait volé son âme, Saskia ne récupérerait que des bris épars. Elle ne serait qu'une déçue de plus.
    « Bien, j'imagine que je peux te libérer. » Le sourire sardonique du trentenaire voulait tout dire. Un jour, ces mots ne seraient pas qu'une simple bravache. « Tu peux voguer à tes propres occupations. Repasse demain, dans la soirée. Tu auras ta paire de clefs et un rendez-vous pour un entretien. » Il marqua une pause avant de la regarder presque sérieusement. « Tu sais faire quelque chose à part servir des shooter, dis-moi ? »
    Tant qu'à faire, s'il pouvait la placer là où elle pourrait être utile. Quoique, l'idée de la précipiter secrétaire d'un quelconque chef d'entreprise pouvait être assez amusant, pour les nerfs du dits chef d'entreprise et de sa brave employée empotée. Il considéra l'option de longues secondes... Et puis eu une meilleure idée. Oh, pauvre Saskia, elle n'avait aucune idée du marasme dans lequel elle s'embarquait.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitimeVen 16 Nov - 18:33

« Une barmaid, aoutch. Pauvre de toi. »

Elle le moquait presque comme un enfant, décidément trop au-dessus de tout ce qu'il pourrait lui envoyer. C'était presque une carapace sur laquelle tout rebondissait à loisir que Saskia s'était formée, ce qui devait peut-être rendre Luka d'autant plus bravache et agacé qu'il se décida à la congédier presque manu militari - ce qui était assez cocasse : n'ayant pas eu ce qu'il désirait, l'homme avait tendance à donc rebrousser chemin à l'extrême pour ne jamais s'avouer perdant -.

Cependant, son sérieux manqua presque de la désarçonner : faux pas qu'elle évita avec élégance, passant à côté de lui avec un petit rictus qui en disait long alors qu'elle lui soufflait au creux de l'oreille.

« Tu n'as pas idée de tout ce que je sais faire, Luka. »

Allumeuse ou honnête, il ne fallait pourtant pas mettre en doute cette provocation d'apparence anodine ; il l'ignorait, évidemment, mais le trader avait face à lui une femme qui avait vécu pendant quatre cent ans, ce qui ne valait peut-être pas un bon millénaire bien rempli, mais avait le mérite d'établir un curriculum vitae plus garni que celui du premier ministre anglais.

« Alors je te conseille de me trouver mieux qu'un petit poste de secrétaire ou de standardiste, tu vois ce que je veux dire ? Sur ce ... Bonne soirée. »

S'en allant avec un petit sourire manifestement victorieux aux lèvres, la jeune femme ne prit pas la peine de récupérer ses vêtements sales - elle les lui laissait bien volontiers, par rapport à ce qu'elle avait gagné - et quitta la chambre, signant par la même occasion son départ de l'appartement par un claquement sonore.

Lorsque la porte fut totalement refermée, que ses pieds descendirent l'escalier, et que ses yeux ne virent plus que la porte cochère et l'asphalte vidée de tout néon, de toute voiture, Saskia poussa un profond soupir, épuisée et rassérénée. Elle avait agi de la meilleure façon qu'il lui était apparue, mais ne doutait pas que le calvaire ne faisait que commencer. Tout ce qu'elle pouvait espérer, c'est que le russe finisse par mourir avant qu'elle ne s'en charge elle-même ; car cette hypothèse n'était en rien une partie de plaisir comme le considérait Igniatev.

S'éloignant lentement des avenues, la brunette ferma les yeux, inspira une bouffée d'air. Il faisait frais, il faisait bon. Tout son corps lui paraissait brûlant, peut-être n'était-ce là qu'un contrecoup physique, ou un effet indésirable de l'atmosphère qu'elle venait de quitter promptement. Dans un grognement amer, elle ignora les taxis qui ralentissaient à sa hauteur et bifurqua dans un cul-de-sac. Son ombre s'évapora dans l'obscurité des containers sans un bruit.

Presque aussitôt, dans le ciel, un point noir s'était élevé, lointain, fuyant pour disparaître dans l'horizon londonien.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on joue avec le feu | Saskia
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aequilibrium Caelestis :: UT AMERIS, UT AMABILIS ESTO :: 
• Camden Town
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Fantastiques
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser