AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-63%
Le deal à ne pas rater :
Caméra de Surveillance WiFi -ieGeek –
55.99 € 149.99 €
Voir le deal

 

 Quand on joue avec le feu | Saskia

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeLun 15 Oct - 16:08

    Luka s'ennuyait. Voilà presque une semaine qu'il n'avait personne à tyranniser pour amuser ses journées et soirées. Aucune stagiaire candide ne lui avait envoyé son CV, aucun voisin amical n'avait voulu faire sa connaissance, c'était comme si tout le monde se liguait pour rendre sa vie monotone et sans intérêt. Et comme à chaque fois qu'on lui jouait ce petit tour, le brave russe avait trouvé le chemin des bars, où il enchaînait shoots de vodka et rasée de tequilas avec une dextérité digne de son pays d'origine. Tout en feignant de ne pas tenir aussi bien l'éthanol que ses gênes ne lui permettaient.
    C'était comme cela qu'il s'était retrouvé à tyranniser la petite Saskia, aussitôt renommée Sisi, comme l'impératrice, oui oui. Ainsi faisait souvent les ivrognes ; les noms compliqués étaient par essence... compliqués, tout du moins à prononcer, et cela amusait Luka de jouer le jeu. Alors il lui avait demandé des verres, avait attrapé ses mains pour lui débiter des absurdités, il avait même caressé ses joues et, une fois, ses seins. À chaque fois, il avait fait de grands coucous au gérant qui posait un œil intéressé sur l'étrange couple et sur le portefeuille du trentenaire, qui n'hésitait pas à le sortir dès que la rebelle se faisait farouche. « J'ai connu une femme, une fois, qui se serait tuée plutôt que faire ton métier, » s'était-il gentiment moqué.
    Cette femme, c'était sa mère. Une femme morte, alors que Sisi était bien vivante, quoique mortellement ennuyée par son impotent client. C'était peut-être bien la barmaid qui avait eu raison, finalement. Cette pensée lui arracha un rire, qu'il ne put réprimé. Peut-être la réalité commençait-elle à prendre le pas sur le jeu, finalement. Il ne termina pas son verre.
    Désormais bien assez alcoolisé pour se laisser vraiment aller, Luka ne se priva pas pour être odieux. Littéralement. L'idée qu'elle l'attaquât lui effleura bien l'esprit et, rapidement, il fit tout pour. Après des sous-entendus à peine voilés sur ce qu'il pourrait lui faire si elle acceptait un petit pourboire, il tendit négligemment la jambe alors qu'elle tentait de le contourner. Oups. Et au même moment, alors qu'il admirait la jeune demoiselle s'étaler de tout son long — ou lui prouver qu'elle avait plus d'équilibre que lui en cet instant — la porte s'ouvrit et trois hommes des plus patibulaires entrèrent. Ils parcoururent la salle presque vide du regard et trouvèrent rapidement un Igniatev affalé qui, comble de la provocation, leur fit un petit coucou avant de passer derrière le bar.
    Le premier tir le manqua de peu. Son rire moqua leur échec manifeste.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeLun 15 Oct - 17:09

Des fois, la solitude était presque mille fois enviable à la compagnie de n'importe quel être humain.

Si elle avait pu, ce soir là, Saskia aurait simplement attrapé Luka par le col. Elle l'aurait traîné jusqu'au seuil du bar, aurait refermé à double tour et aurait affiché en larges majuscules rouges un "CLOSED" vengeur. Malheureusement, les consignes du boss prévalaient sur ses envies personnelles, ce qui était bien regrettable quand on sait que Saskia était capable de déplacer des montagnes quand elle en avait la volonté.

Feignant donc de n'entendre aucune des propositions douteuses que le russe lui faisait depuis bientôt une heure, elle se contentait d'essuyer de guerre lasse le même plateau avec le même torchon, jetant quelques regards équivalents à des SOS en direction de la porte, qui restait désespérément close.

Il y avait eu des soirs où des âmes charitables se pressaient pour sauver la belle des griffes de la brute, soit parce que leurs hormones parlaient pour eux et qu'il était d'une virilité absolue de montrer qui était le plus fort et le plus grand dans la jungle masculine. Et puis il y avait le reste de la semaine, qui se perdait en circonvolutions désastreuses.

Ils en étaient d'ailleurs passés à l'étape où Saskia se bornait à répondre à chacune de ses questions par une insulte, qu'elle s'amusait parfois à lui dicter dans un français appliqué pour qu'il subsiste un flottement où, partagé entre l'incompréhension de l'ivresse et l'hébétude, le jeune bourgeois se taisait. Bon sang, ce qu'elle aimait quand il la fermait !

Il tenta vainement de l'attraper par la hanche alors qu'elle lui remplissait son verre, et ce ne fut que lorsqu'elle voulut s'esquiver en lui décochant un sempiternel "Va te faire voir" que sa jambe percuta la sienne avec brio, entraînant une glissade et une chute tout en éclats de verre.

Si la jeune moscovite avait été dans un autre contexte, elle se serait relevée. Et elle aurait sûrement pu répondre à Luka, ou même lui envoyer une gifle, un point, qu'importe ; mais ce fut le son de la cloche qui la sortit de la colère croissante dans laquelle elle était entrée. Trois types venaient de faire leur entrée, et ils ne semblaient pas être là pour déguster un mojito.

« Désolée Messieurs, on va fer... »

Elle eut à peine le temps d'achever sa phrase en cherchant à se relever qu'une première salve de tir cribla de trous le comptoir, explosant au passage une bouteille au contenu désormais inqualifiable. Roulant directement jusqu'à une banquette où elle se retrouvait provisoirement en sécurité, la brunette, qui venait de passer d'un état extrême à l'autre, regarda droit devant elle, son cerveau tentant d'y réfléchir à deux fois avant de proposer une vaste connerie.

Bon. Pas de panique. Ce n'était pas comme si c'était la première fois qu'elle vivait ça ... Bon sang, et dire que même à Londres elle trouvait encore le moyen de se faire menacer par une arme blanche. Et tout ça semblait une fois de plus être la faute de cet imbécile d'ivrogne, de ce crétin qui, non content de détruire le mobilier et de mettre à sac le Blueberry, la mettait elle aussi en danger. Ils semblaient le réclamer, d'après ce qu'ils baragouinaient entre deux détonations. Enfin ; il ne savait pas véritablement qu'elle courait moins de risques que lui, mais ca, c'était son propre secret, et il était tout aussi risqué qu'il le découvre - les idées de ce cinglé pouvaient parfois frôler l'immoral -.

Plusieurs tirs fendirent l'air, tandis que le trio commença à menacer l'animal traqué.

« Allez Ignatiev. Fais pas l'con. Tu voudrais pas qu'ta copine elle crève ? »

Son portable. Elle l'avait dans sa poche, dieu merci, songea t-elle ironiquement. Alors qu'elle le sortait le plus discrètement du monde, elle rétorqua d'une voix la plus calme possible, ses mains se contentaient comme elles le pouvaient d'essayer de joindre le premier numéro d'urgence qui lui passait en tête.

« Je ne suis pas sa copine, mon gros ; alors maintenant allez régler vos affaires hors de mon bar ou j'appelle les flics. »

Les flics. Alors qu'elle aurait pu régler ça bien plus rapidement ; son Beretta, qu'elle savait pertinemment dans son sac, qui était bien évidemment ... aux pieds de Luka. Tentant comme elle put d'attirer le regard de ce dernier, elle articula du bout des lèvres un "Mon sac, dedans, il y a un flingue", avec la peur cependant rationnelle que ce dernier soit trop émêché pour en faire un usage convenable - d'autant plus qu'elle ne savait plus combien de balles elle avait laissé -.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeLun 15 Oct - 17:28

    Luka était éméché ; ça, on ne pouvait pas le nier. Sa ridicule prestation avec la serveuse en était bien une preuve éclatante. S'il avait été en pleine possession de ses moyens, là, elle se serait relever et lui aurait foutu un joli poing en pleine figure. Auquel il aurait répondu par un rire. Mais non, elle resta simplement au sol, préférant s'intéresser aux trois armoires à glace qui venaient d'entrer plutôt que de s'occuper du gênant client. Bien mal lui en pris, car Luka, qui avait tout de suite reconnu l'un des hommes de main, avait à peine eu le temps de terminer son salut ironique qu'il disparaissait déjà derrière la protection relative du bar. La pirouette eut deux aspects positifs : d'abord, le choc lui remit les idées en place, assez pour chasser les reflux d'alcools qui, en temps normal, se serait transformé en reflux gastrique, ensuite il lui offrit une vue imprenable sur la diablesse rampant comme une misérable pour sauver sa vie, les fesses en l'air et la tête bien basse. Pourtant, quelque chose clochait.
    Elle ne tremblait pas. Pas même un peu. Même ses mains à lui subissaient les assauts de l'adrénaline, alors même qu'il n'avait cure de survivre à cette journée. Alors, elle, pauvre barmaid perdue dans un règlement de compte qui ne la concernait pas, elle aurait dû pleurer, geindre, que savait-il encore. Elle ne fit rien de cela. À la place, elle sortit un portable de sa poche et, avant qu'il ne pût répondre à l'invitation polie de son agresseur à sortir prendre l'air, elle les invita tous les quatre à aller se faire foutre ailleurs. En tout cas, c'était l'idée. Elle le regarda ensuite et articula quelque chose, sans laisser échapper le moindre son. Or, si Luka avait beaucoup de qualités, celle de lire sur les lèvres n'en faisaient pas parti et il haussa les épaules, désabuser. Elle lui montra alors le sac et il le récupéra sans vraiment comprendre, avant de sortir l'arme du crime. « Tu entends ça, l'ami ? Elle va appeler les flics. » Il éclata de rire, sa voix se chargeant de mépris alors qu'il lui lançait un regard cruel. « Tu crois que tu auras le temps de la violer combien de fois, avant qu'ils arrivent ? »
    Ça, c'était pour bien dessiner les forces en présence. À savoir, trois brutes armées d'un côté, lui avec un flingue tout beau tout propre et elle, seule et uniquement armée d'un portable, au milieu. « C'est vraiment une soirée de merde, hein ? »
    Sans la moindre hésitation, il se redressa alors et visa, le tout dans un mouvement fluide qui laissait entendre qu'il avait déjà pratiqué, au moins en entrainement, le maniement de ce genre d'engin. Pressant sur la détente, il parvint à toucher le gars du milieu en pleine épaule. Il allait armer un autre tir quand lui-même reçu une vilaine balle, dans le flanc. Sans flancher — alors que, putain, tout son corps en avait envie — il visa une deuxième fois, ignorant la balle perdue qui sifflait à son oreille, et tira une deuxième fois, certain de faire mouche.
    Sauf que, voilà, le chargeur était déjà vide. Se laissant tomber juste à temps pour ne pas mourir, il lança un regard à la jeune donzelle. « Sérieusement ? » Ses yeux ne trahissaient aucune peur. Juste une surprise teintée de moquerie. Qui sortait avec une balle dans son chargeur ?
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeLun 15 Oct - 17:56

Vas-y, donne leur des idées, comme ca si jamais on ne s'en sort pas, c'est Bibi qui se fera passer dessus comme s'il s'agissait d'une autoroute. Certes, Saskia ne pouvait pas vraiment l'interrompre pour lui faire part de sa pensée, mais décidément Luka ne savait pas faire dans le triomphe modeste.

Alors qu'un premier cri inconnu la soulagea, lui indiquant qu'il avait eu sa première cible, un second, plus familier, la fit jurer. Merde, il ne savait rien faire correctement ? Alors que la gâchette s'activait dans le vide, Saskia se maudit intérieurement, tout en sachant pertinemment qu'ils étaient deux à cette heure-ci à haïr la négligence de Venestroïka.

Alors que le blessé s'abaissa à son niveau pour se protéger d'une énième rafale, il ne put s'empêcher comme à l'accoutumée de lui accorder une remarque tout à fait pertinente et bien placée, ce à quoi elle ne se priva pas de lui cracher avec amertume.

« Toi, 'sérieusement ?', trouve-toi des amis moins tarés ! »

Son regard traîna un instant un peu trop long sur la plaie ensanglantée de Luka qui répandait paisiblement son lot d'hémoglobine sur le parquet où jonchaient débris de verre et flaques d'alcool en tout genre. Il allait être dans un état pitoyable si leur petite guerre interposée s'éternisait. Mettre le feu à la bâtisse aurait été une excellente solution : ils pouvaient même faire une barrière entre eux et les copains d'Igniatev, sauf que c'eut été se priver de la sortie de secours qu'ils bloquaient par la même occasion. Et de toute manière, tout cela était bien trop fastidieux.

Elle pouvait aussi le laisser mourir, après tout. Elle avait juste à se lever, à hisser le drapeau blanc et à se tirer. Ce qui équivalait peut-être à non-assistance à personne en danger, sauf que personne ne pouvait attester qu'elle avait eu le choix. Et après tout, il l'avait bien cherché, non ?

La barmaid poussa une inspiration, et fut coupée dans ses réflexions par la sonnerie de son téléphone qui s'était interrompue, laissant entendre un "Allô ?" étouffé. Sans même adresser un regard à son coéquipier d'infortune, elle raccrocha au nez de la voix, qui ne saurait sûrement que le lendemain, au journal télévisé, le pourquoi de cet appel sans réel but. Elle avait trouvé ce qu'elle avait à faire.

Se relevant avec lenteur, la jeune femme leva les deux mains bien en l'air, guettant le moindre tir de la part des deux briscards encore en place ; seul l'un d'entre eux la pointait de son arme, l'autre s'affairant sur l'état de leur compère qui s'aggravait à la même allure que celui de Luka. Luka qu'elle avait apparemment décidé de laisser tomber une bonne fois pour toutes : finalement les serveuses étaient de véritables chiennes quand il s'agissait de survie.

« C'est bon. Je me tire. Laissez-moi juste passer par là, en un seul morceau, la sortie arrière est condamnée et j'ai pas la clé. »

Mensonge éhonté, bien sûr qu'elle l'avait, la sortie était même libre d'accès, mais ca, une fois de plus, elle seule le savait. Le tout, c'était simplement qu'elle puisse sortir par la grande porte. Qu'elle s'approche d'eux.

Ne se doutant pas qu'ils faisaient là une petite erreur, les deux décidèrent d'accorder son laisser-passer à la donzelle, à la seule condition ...

« Tu laisses ton portable là. »

Acquiesçant sans autre forme de procès, la brunette enjamba les résidus de bois qui avaient explosé, s'avançant dans une atmosphère visiblement tendue vers la sortie salvatrice. Sa main qui serrait son téléphone consentit à le déposer à une table. Ses talons claquèrent avec lenteur jusqu'à leur hauteur, et alors que la jeune femme s'apprêtait à les dépasser, elle se retourna brusquement pour asséner une droite monumentale au plus chétif des deux encore debout, le troisième assis à terre dénué de toute réaction véritable. Son arme glissa de ses mains, et la démone eut l'habileté hasardeuse de la récupérer, tandis qu'une détonation résonnait au même moment.

« Sale pute ! »

Elle était touchée à l'épaule, mais cilla à peine, sa poitrine se soulevant un peu trop fort sous le choc : ses yeux étincelants visaient cependant la même direction que celle du pistolet qui lorgnait le gringalet qu'elle venait de frapper. Sans perdre une seconde, elle tira.

« C'est quoi ce délire putain ?! »


Dernière édition par Saskia Venestroïka le Mar 16 Oct - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 16 Oct - 7:20

    « J'y peux rien, si tout le monde m'adore, Sisi. » Malgré lui, Luka esquissa une grimace et regarda un instant sa main pleine de sang. Le moins que l'on pouvait dire, c'était que ça ne sentait pas bon. Allait-il finalement mourir ici ? Cela devenait de plus en plus probable. Cela le fit sourire. Il avait imaginé quelque chose de plus rocambolesque qu'une exécution sommaire, mais au final, ce n'était pas plus mal. Il avait joué toute sa vie avec le destin et ce dernier avait finalement gagné le dernier jet de dé. Un. Échec critique pour l'adversaire.
    Combien de temps pouvait-il tenir avec une balle dans le flanc ? Quelques minutes à peine ? Déjà, il voyait ses jambes trembler et doutait qu'elles fussent encore capable de le porter longtemps. Ne restait, alors, plus qu'une chose à faire : il était Luka Igniatev, il mourait un sourire suffisant aux lèvres, les bras écartés, face à ses meurtriers, et ses dernières paroles seraient une ultime insulte. Parce qu'il n'imaginait pas quitter ce monde autrement qu'avec bravache. Faisant fi de la douleur, il s'agrippa au rebord du comptoir avec la ferme envie de se lever. De se tenir droit. Mais la voix de la barmaid le coupa dans son élan et lui arracha un rire. Il allait vraiment crever seul, sans spectateur. Cela le désolé, d'une certaine façon. Quand le tueur à gage eut donné son assentiment, le russe y alla de son petit commentaire : « Ils vont te tuer, chérie. Moi, c'est ce que je ferai. » Ses doigts caressèrent le beretta et il eut envie de raconter son petit secret à leurs tortionnaires. Eh, les gars, la poulette se balade avec un flingue plus gros que les vôtres. Mais il n'en fit rien.
    Un coup de feu à bout portant le tira de ses réflexions et il se rendit compte que le sang perdu le tirait lentement vers l'inconscience. Se doutant que la barmaid venait d'être froidement abattue, comme il se devait, il décida que son temps était venu et se redressa, lentement. Il eut juste le temps d'entendre un deuxième coup de feu ; le dernier lascar s'effondrait et seule restait debout la jeune femme, droite comme un i. Surpris par ce revirement de situation, le trader fit claquer sa langue et observa la scène. Quelque chose n'allait pas et, en même temps, tout cela était incroyablement familier. Jusqu'à la blessure de la demoiselle. Il avait déjà vu tout ça.
    Finalement, il ne mourrait peut-être pas. Mieux, alors même qu'il s'ennuyait à mourir quelques minutes plus tôt, cette petite fusillade lui avait peut-être permis de trouver un nouveau jeu, en la personne mystérieuse de Saskia. Qui était-elle ? Était-elle comme lui ? Si c'était le cas, il se ferait un plaisir de la tuer, le moment venu, même s'il n'avait encore aucune idée de comment il s'y prendrait. Mais pour l'heure, il fallait jouer le jeu. « Tu m'expliques, ma douce ? »
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 16 Oct - 16:25

Il n’en restait plus qu’un.

Ce fut comme si Luka avait complètement disparu du Blueberry, comme s’il n’y avait qu’elle et lui, ce mastoc au cuir noir trop lourd pour ses épaules de caïd, ce type dégingandé dont la main ne tenait plus avec autant d’assurance la crosse de son revolver. Ses yeux étaient braqués sur la balle fichée dans l’épaule de la serveuse, qui elle-même semblait pourtant dans une forme particulièrement olympique pour une blessée grave.

Les neurones du créancier frauduleux s’agitaient sûrement cent fois plus vite que ceux d’Igniatev, mais ni l’un ni l’autre n’en arriveraient à la bonne conclusion. Elle n’avait pas forcément besoin de tirer, il suffisait juste qu’elle le persuade de faire demi-tour ; personne ne croirait à son histoire, si tant est qu’il ait l’idiotie d’aller la raconter à quiconque.

Malheureusement pour lui, les connexions se firent trop tôt : et il ne put s’empêcher d’ouvrir la bouche, alors que ses yeux revinrent sur le visage effroyable d’impassibilité de la brunette.

« Putain, t’es ... c’est une ... »

Elle l’acheva de trois balles successives dans le crâne, mettant fin aux hésitations du malfrat.

Retomba alors un silence de mort – c’était le moins que l’on puisse dire -, où Saskia eut l’étrange impression de sortir d’un sommeil agité. Et alors qu’elle rangeait l’arme dans sa poche – elle trouverait bien le moyen de s’en débarrasser sur la route du retour -, la blessure se rappela à son bon souvenir, tout comme son camarade russe. Ce qui acheva de lui faire esquisser une vilaine grimace.

« On a pas le temps pour ça. »

D’un coup sec, elle baissa les stores – les détonations n’allaient pas tarder à attirer le voisinage – de la devanture, éteignant progressivement toutes les lumières pour ne laisser qu’un halo morbide émaner du comptoir fluorescent. S’approchant de Luka, elle reprit en main son propre Beretta, et fourra les deux armes dans son sac à main.

« Salement amoché ... Bon, soit. »

Saskia reposa le sac, et força le jeune homme à s’appuyer contre le comptoir, lui arrachant prestement un pan de sa chemise pour mettre à nu sa blessure. Elle n'avait pas envie de réfléchir, vraiment pas envie alors qu'au fond d'elle-même une petite voix lui hurlait que c'était une idée stupide, et qu'elle risquait gros à faire ce qu'elle allait faire. Alors qu’il allait sûrement ouvrir la bouche pour débiter une ânerie du genre « c’est pas trop le moment pour me sauter dessus », elle lui asséna un regard dangereux, le genre de regard qui pouvait vous donner envie de vous uriner dessus.

« Ne pose aucune question. Aucune, c’est clair ? Sinon je n’y touche pas. Parce que ne me fais pas croire que tu veux mourir de ça. »

Elle n’attendit pas sa réponse – tous les humains avaient l’instinct de survie, c’était un réflexe qui définissait l’homme par lui-même – et plaqua sa main droite sur le flanc blessé, tandis qu’elle analysait la balle logée dans les chairs sanguinolentes avec le doute du chirurgien qui n’a plus pratiqué depuis trop longtemps.

Ce fut d’abord un index, puis l’ongle d’un pouce qui plongèrent même dans le cœur vif de la blessure. Se saisissant de la balle comme d’un petit raisin de Corinthe inoffensif, elle l’arracha sans aucune délicatesse – toute volonté de délicatesse était une perte de temps – et se contenta d’appuyer de ses deux mains avec force sur l’ouverture béante, dont le sang avait coulé avec abondance depuis l’impact. Lentement, doucement, pourtant, un phénomène étrange se produisit, un phénomène indescriptible pour elle, qui n’avait jamais véritablement connu cette sensation.

La chaleur se diffusait timidement en son sein, et bientôt la plaie lancinante et déchirante ne fut plus qu’une timide pointe de douleur, qui finit par s’estomper et définitivement disparaître. Le trou était devenu poussière, et de la peau moite de sueur et de sang de Luka ne restait plus qu’une surface lisse comme au premier jour.

D’autorité, elle fourra la balle ensanglantée qui avait failli causer sa perte dans sa main.

« Tiens, souvenir. Et maintenant barre-toi. Je risque sûrement d’être virée dès demain, ce qui tombe à pic, comme ca on ne se reverra vraiment plus jamais. »

Et sans perdre une minute de plus, la jeune femme se mit en quête de déverrouiller une petite porte creusée dans le bois du mur derrière le comptoir, endroit où la vidéosurveillance enregistrait au nez et à la barbe de tous les journées du Blueberry depuis des années.


Dernière édition par Saskia Venestroïka le Mar 16 Oct - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 16 Oct - 16:51

    Clair, net, précis, relativement propre — allez tuer un homme proprement avec une arme à feu, et on en reparlera — étaient des qualificatifs qui seyaient plutôt bien à la mort du brave homme de main anonyme. Ce qu'il allait dire, Luka n'en avait aucune idée ; il savait juste qu'il se serait trompé. Lui-même ignorait qui était Saskia. Non, ce qu'elle était eut été plus juste. Pourtant, il était certain qu'elle était comme lui. Et cette seule pensée lui arracha un sourire triomphant. C'était une scène surprenante, que celle d'une barmaid assassinant froidement un homme sous le regard conquérant d'un trader à moitié mort. Mais c'était comme ça. Luka était un homme compliqué.
    Sans jamais perdre son sang froid, la... chose — on ne pouvait pas se prendre une balle dans l'épaule et se déplacer comme elle le faisait et être humaine, elle serait donc une chose tant qu'il n'en aurait pas appris plus — le força à s'appuyer contre le comptoir, tout en lui ordonnant de garder le silence. Un rictus moqueur se dessinait toujours sur ses lèvres mais, alors qu'il se sentait doucement partir, il ne protesta pas. C'était con. Voilà que maintenant qu'il trouvait encore quelque chose comme lui, il devait justement mourir. Il eut envie de se jeter sur elle. Simplement lui sauter dessus. Peut-être arracher ses vêtements, aussi, si elle se laissait trop faire. Qu'importait, tant qu'elle montrait à nouveau son vrai visage. Elle semblait avoir des idées à peu près similaires car elle lui arracha sa chemise, le foudroyant du regard avec la claire envie de lui faire passer l'envie de l'ouvrir. C'était mal le connaître. « Je veux bien, chérie. Mais j'ai peur de ne pouvoir nous emmener jusqu'au bout. » Il allait pour lui attraper les cheveux à l'arrière de la nuque, mais la salope lui enfonça ses doigts dans le flan, et l'on ne parlait là ni de président ni de dessert. Elle gratta sa chair de ses ongles et il grogna comme un animal, toute velléité de fanfaronnade brusquement noyée dans l'afflux violent de douleur qui manqua le mettre à terre. Il resta debout, cependant, et ses dents ne se quittèrent pas un seul instant. Il ne cria pas. Il souffrit juste. Beaucoup.
    Et puis, finalement, sitôt le corps étranger extrait de son corps, il sentit une vague de chaleur plus que bienvenue se répandre dans son organisme et, alors seulement, il respira à nouveau. Ses forces lui revenaient déjà. Discrètes, encore, on ne perdait pas autant de sang sans en subir le contrecoup, mais il se savait mourant la minute d'avant. Or, non, il survivrait. Encore une fois.
    Cette constatation lui arracha un rire, à mi-chemin entre l'éclat et l'aboiement.
    Déjà, sa sauveuse s'écartait de lui, lui ordonnant au passage de ne poser aucune question au sujet des quelques prodiges qu'elle venait d'accomplir. Il voulut lui rire au nez, mais quelque chose lui souffla de s'en abstenir, tout du moins pour le moment. Il était face à quelque chose d'énorme — et on ne parlait pas ici forcément de la chose — qui le dépassait complètement et il avait tellement plus à en apprendre plus. Or, pour cela, il devait la caresser dans le sens du poil. Mais pas trop non plus. Il ne pouvait plus faire semblant d'être le voisin adorable et serviable, pour le coup. Ses doigts firent rouler la balle ensanglantée et, avec le pousse, il la lança, comme il eut lancé une pièce, avant de la rattraper de l'autre main et de recommencer, pensivement.
    « Tu crois vraiment que tout va se terminer comme ça ? » Il lança un regard à son flan intact. « Je ne sais pas ce que tu es, ma belle, mais je sais une chose. » Elle était en train de fouiller dans les placards, avec sans l'ombre d'un doute l'envie d'effacer les traces de ce qui s'était passé. « J'ai déjà rencontré un gars comme toi, une fois. Un brave salopard. J'ai jamais su ce qu'il était vraiment, et pour être honnête, je m'en fous complètement maintenant. Mais crois-moi, si tu veux vraiment te débarrasser de moi, il va falloir me tuer. Ici et maintenant. Parce que si tu me fuis, je jure d'hanter ce qui te sers de vie aussi longtemps que la mienne dure. »
    Et il souriait, l'abruti. Il souriait. Face à la mort personnifiée, capable de mettre à terre deux lascars entraînés à tuer, qu'il invitait à se déchaîner, il souriait. Une nouvelle fois, il lança la balle. Si elle avait été une pièce, c'aurait été un beau symbole. Pile ou face.
Mourir ici, ou vivre quelque chose d'incomparable.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 16 Oct - 17:16

Les collections de journées préenregistrées s’accumulaient avec un soin particulièrement maniaque, ce qui fit presque frémir de dégoût la barmaid : elle n’aurait pas été étonnée que certaines caméras bien planquées puissent fournir des heures de film sur le mouvement de ses fesses ou sur le décolleté des clientes les plus jeunes du bar. Laissant le lecteur éjecter son précieux contenu, la jeune femme prit un soin minutieux à éteindre tous les appareils, débranchant grosso modo quatre ou cinq câbles au hasard en espérant que la machine y trouve son compte et plante d’elle-même. Son esprit, soudainement fatigué, lui réclamait nicotine et sommeil profond : choses qu’elle n’était apparemment pas prêtes à obtenir tant que l’autre asticot lui collerait aux basques.

Allons bon. Il en connaissait des comme « elle ». Voilà qui n’était qu’une moitié de bluff : s’il avait su dès le début l’identité de la serveuse, à n’en pas douter, il aurait agi de manière bien plus pondérée. Par intérêt, il aurait fait l’effort minime de bien s’entendre avec elle – une démone qui peut vous sauver les miches en cas de mort, c’est la poule aux œufs d’or -.

Incrédule, elle laissa retomber ses mains contre le mur, baissant la tête entre ses épaules en étouffant à peine la crise d’hilarité passagère qui secoua ses côtes.

« Tu dis ça après ce que je viens de faire ? »

La jeune femme lui jeta un regard par-dessus l’épaule ; plus consternée que si elle avait à faire face aux raisonnements d’un petit garçon de cinq ans, elle se retourna entièrement pour lui faire face.

« T’es donc vraiment con, ma parole. C’est pas juste une façade quand t’es défoncé. »

Tâtant son épaule encore humide d’hémoglobine – elle n’avait pas envie de le faire devant Luka, même si après tout le spectacle pourrait peut-être l’écoeurer suffisamment pour qu’il décide de se tirer -, Saskia continua ses explications, sa main triturant sa propre peau qui tentait alternativement de se résorber, et qui se rouvrait presque dans la seconde, son organisme tout entier cherchant à rejeter le corps étranger. Crier sur lui serait un excellent anesthésian.

« Je viens juste de te sauver la vie. Je ne demande pas grand-chose en échange, ca me paraît même assez équitable : l’oubli. Facile, efficace. Le mot fut comme un sifflement entre ses dents alors qu’elle venait à son tour d’arracher la balle des prises de son épaule. C’est dans tes cordes, Luka ? Ou tu veux que je te donne un coup de pouce ? »

Elle laissa tomber le dvd à terre, sa voix frémissant d’un certain agacement mal dissimulé dans les dernières syllabes, et se contenta d’écraser un talon furibond sur le pauvre disque qui était à présent en miettes. Un second coup de talon acheva les parties trop grosses de permettre toute récupération – Saskia n’était pas spécialement une accro de l’informatique, mais briser un dvd en mille morceaux lui paraissait la meilleure méthode pour protéger ses secrets -.

« Tu devrais profiter de ta seconde chance, c’est pas donné à tout le monde. »

Se saisissant de son sac, la jeune femme glissa la balle dans sa poche de jean, s’apprêtant à prendre la direction de la porte qui menait à la réserve, qui elle-même débouchait sur une des ruelles sans vie de Londres.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 16 Oct - 17:34

    Un instant, il était à plusieurs mètres d'elle. Le suivant, son souffle chaud glissait sur la peau de sa joue. Luka n'était certes pas un démon, sa force n'avait rien de surnaturelle et il ne pouvait pas se soigner tout seul comme un grand autrement qu'en restant allongé à attendre que ça passe, mais il n'était dénué ni de charisme, ni de présence. C'était là, sans doute, sa plus grande qualité. Le fait qu'on ne restait pas indifférent à ses paroles ou à ses gestes. Il en jouait en permanence, sans le savoir et sans en avoir conscience. Elle venait de lui parler d'une seconde chance et il avait voulu lui rire au nez, mais à la place, il caressa simplement sa joue. Pas grand chose, rien de bien méchant en vrai : simplement des doigts qui effleurent une peau douce, avant de s'évader. Il n'était plus le blanc bec arrogant et insolent, il était soudainement bien plus que cela. Un prédateur ; ridicule en comparaison de sa proie, mais chasseur tout de même. Ses lèvres s'étirèrent en un rictus malsain alors qu'il répondait, d'une voix sombre mais non dénuée d'amusement tranquille : « J'ai profité de ma seconde chance, ma douce. Et de la troisième. Et de toutes les autres. »
    Il s'était si souvent mis en danger. Physiquement, mais pas seulement. Il avait joué son avenir, sa réussite, sa fortune à pile ou face un nombre incalculable de fois. Sans jamais la moindre peur. En réalité, Luka ne pouvait être que fou ; le genre de fou qui s'épanouissait dans un monde comme celui du XXIe siècle. Alors, Saskia était peut-être éternelle, à l'épreuve des balles comme elle venait de lui montrer, et capable de le briser en deux sans s'en rendre compte, mais il y avait une chose qu'elle ne possédait sûrement pas : son insupportable confiance en lui. Jamais Luka ne douterait de lui. Il était parfait, à sa façon. Une façon détestable et insolente, mais une façon pleine de panache et d'éclat.
    « Je ne suis pas tout le monde, Sisi. Je suis moi. » Dans la bouche de n'importe qui, cette phrase aurait sans doute paru ridicule. Mais dans la sienne, c'était — presque — convaincant. « Pas la peine de me menacer, tu sais ? Toi et moi savons que si tu le voulais, tu pourrais me tuer comme ça — il claqua des doigts — et c'en serait fini de moi. Mais alors, tu passerais à côté de la vie que je peux t'offrir. Et moi, je ne goûterai plus jamais au plaisir de ta compagnie. »
    Elle était jolie. Il eut presque envie de l'embrasser. Paraissait-il qu'il embrassait diablement bien. Si ça pouvait la convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 16 Oct - 18:06

Le changement d’attitude, bien qu’il était entièrement prévisible, la prit au dépourvu : Saskia avait rarement l’habitude se faire courtiser de la manière classe et sobre. D’habitude, les us et coutumes dans ce domaine chez Igniatev se résumaient à des mains mal placées ou des remarques assez peu subtiles sur les envies qu’une Saskia pouvait provoquer en général dans l’esprit masculin. Alors sentir une main doucereuse lui frôler l’épiderme, un regard s’attarder, une voix suave roucouler à votre oreille d’alléchantes propositions ... Il y aurait largement eu de quoi s’abandonner si bien sûr, la russe n’avait pas eu droit pendant quatre siècles à ces inénarrables sérénades.

Elle sentait pertinemment qu’il était le genre de mecs sûrs de son magnétisme, confiants dans ses talents ; le pire, ici, c’était qu’il ne se trompait pas tant que ça, même si ca lui faisait presque plus mal de l’avouer que de se prendre une rafale de mitraillette dans le ventre.

Immobile – Luka ne lui en laissait pas le choix -, elle le jaugeait de ses yeux noisette, laissant un angelot passer avant de feindre l’hésitation, minaudant avec exagération et ironie.

« Tu veux que je sois ta pute de luxe, c’est ça ? Tu découvres que j’ai un don miraculeux alors du coup, la barmaid décérébrée se transforme en une infirmière sexy : c’est le plan du siècle ! »

Sa voix n’était alors plus devenue qu’un murmure à la hauteur de ceux de Luka. Dessinant lentement un sourire tenté sur ses lèvres, la brunette continua, sur le ton d’un secret qu’on échange comme deux gosses.

« Tu veux que je te dise la vérité ? Il y en a eu d’autres avant toi. Bien d’autres. Et c’était toujours la même rengaine, eux ou moi. Lequel allait en crever le premier ? Au vu des circonstances et de ce qui se tient en face de toi, je te laisse deviner la réponse. »

Le talent pour faire redescendre l’atmosphère d’une dizaine de degrés. Les passe-temps de Sisi n’étaient décidément pas ceux d’une impératrice. S’accordant un geste décalé alors qu’ils n’étaient séparés par quelques centimètres d’une atmosphère électrique, la jeune femme appuya son index négligemment sur le haut du torse du russe, petite provocation tournée en dérision. Dans le noir teinté d’un halo bleuâtre, les choses pouvaient vite déraper, après tout.

« Mais si tu veux me prouver le contraire, je t’en prie. J’accepterais avec plaisir de voir ce que le célèbre Igniatev sait faire de ses dix doigts, à part vider des shooters. Si tant est que t’en sois capable ... »

Sa bouche bascula dangereusement vers la sienne ... Avant qu’aussi soudainement, son visage s’était reculé, et tout son corps s’était déplacé de côté à l’entente de la sonnerie lointaine, étouffée et néanmoins déjà trop proche de la police.

« Sortons. »

Ils eurent tout juste le temps de prendre chacun leur manteau – utiles pour cacher leurs vêtements poisseux de sang -, ne laissant aucune affaire suspecte, que déjà la moscovite avait refermé à clef la porte de l’arrière-salle sur eux, les plongeant dans l’air vif et frigorifiant de la nuit à l’anglaise. Ne perdant pas vraiment de temps et décidant de s’épargner toute tentative de discussion de sa part, Saskia délesta son sac d’une cigarette, la flammèche du briquet éclairant subrepticement son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMer 17 Oct - 15:05

    La réaction de la chose fut un mélange intéressant de sarcasme, d'ironie, de bravache et de mépris. Luka ne put s'empêcher de sourire un peu plus ; il ne s'était pas attendu à ce qu'elle pensât qu'il voulût qu'elle devînt sa pute de luxe, comme elle disait, pas plus qu'il n'avait désiré la tuer, à aucun moment. N'avait-il pas dit « la hanter » ? Bien entendu, elle pouvait bien s'offusquer, s'énerver, il n'en avait cure. Il pouvait même se permettre de jeter de l'huile sur le feu, ce qu'il fit d'ailleurs très bien quand il répliqua, moqueur : « Ah non, ma douce, des comme moi, tu n'en as jamais connu. » Si certains avaient voulu s'opposer à elle, ce n'était pas son affaire. Lui ne ferait pas cette erreur. Jamais il ne la menacerait de mort. Pourquoi faire ? Il avait tellement d'autres moyens de lui pourrir joyeusement l'existence.
    Elle manqua lui voler un baiser et il secoua la tête, comme déçu d'avoir été victime d'un si vilain tour. Se disant qu'il ne pouvait qu'être bénéfique pour elle d'avoir un peu d'espace, il la laissa s'échapper, certain qu'elle ne pouvait lui échapper. La suite lui donna d'ailleurs raison car si, l'instant d'avant, elle le repoussait avec force de conviction, elle était désormais en train de l'inviter à la suivre. « C'est une merveilleuse idée, » convint-il sans s'étendre sur le changement de stratégie de la demoiselle. Nul besoin de s'étendre sur sa petite victoire, ils savaient tous deux ce que sa présence à ses côtés dans les rues désertes de Londres signifiait.
    « J'imagine que tu ne vas pas m'en proposer une. » La remarque amusée du russe vint briser le silence relatif qui s'était installé. Il ne lui laisserait pas une seconde de répit. Ça serait trop simple. « Alors, dis-moi, belle Sisi, crois-tu vraiment qu'il n'y a que tes jolies fesses qui m'intéressent chez toi ? » demanda-t-il avec bonne humeur, esquivant tranquillement les flaques qui nappaient le pavé londonien. « Ce que je veux, c'est connaître ton monde. Y en a-t-il d'autres comme vous, êtes vous nombreux ? J'ai des questions et toi, douce créature, tu possèdes sans l'ombre d'un doute quelques réponses. En échange, je peux t'offrir une vie facile. Pas celle d'une pute, comme tu l'as si joliment dit. Juste des services. »
    Après, si vraiment elle voulait son corps, ils pouvaient toujours s'arranger, hein ?
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMer 17 Oct - 15:25

Prendre le temps d'inspirer et d'expirer la fumée mettait une distance, lui accordait une pause méritée pour pouvoir réfléchir clairement sur la situation.

Elle avait agi précipitamment, sans même savoir expliquer son geste - ou sans le vouloir -, se mettant inutilement en danger, et voilà qu'évidemment, un charognard comme Luka ne pouvait qu'être attiré par l'odeur de viande fraîche. Saskia imagina, un fugitif instant, le corps vidé de son sang du russe à terre, rongé dans les flammes d'un incendie qu'elle aurait pu elle-même déclencher avant de s'en aller les mains dans les poches ... Il aurait été au ciel - pour peu qu'avec beaucoup de malchance il soit lui-même éveillé ou ... elle ne préférait pas y penser -, fin de l'histoire, fermez les rideaux.

Son timbre à peine goguenard perça la nuit.

« Tu gagnes pas assez à la City pour te payer des clopes ? »

Elle lui coula un regard clairement désabusé, n'étant pour autant pas décidée à faire preuve de partage avec celui qui s'était autoproclamé... Autoproclamé quoi, au juste ? Elle ne savait plus, ne voyait vraiment pas où tout cela allait les mener et n'avait franchement pas envie d'établir de plan sur la comète, avec lui encore moins qu'avec qui que ce soit d'autre. Recrachant une fumée blanchâtre alors qu'elle le suivit d'un pas mesuré, son regard restait immobile, fixant sûrement une poussière imaginaire ou un détail invisible aux yeux de son interlocuteur.

« Jusque là, oui, il n'y avait que ça qui te motivait. »

La barmaid ne put cependant retenir un éclat de rire vif et soudain alors qu'il la noyait de questions. Un véritable gosse, un gamin pourri gâté qui n'avait justement jamais reçu de fessée, à qui on n'avait jamais dit non. La vie avait été un doux édredon pour ce salopard qui avait l'air de considérer que tout lui était du, et que ce qui n'appartenait à personne était sa propriété à l'instant même où il y posait son regard.

« Et si je ne réponds pas, mh ? Qu'est-ce que tu vas faire, au juste ? »

La démone lui jeta un bref regard, partagé, dans ce qu'on devinait malgré la lumière faiblarde, entre la malice et la curiosité. Oh oui, elle avait vraiment hâte de savoir ce que Luka allait dénicher comme trésors pour lui faire cracher le morceau.

« Tu vas me prendre mon arme et me tirer dessus jusqu'à ce que j'avoue ? »

Elle lâcha l'idée en l'air, sa voix laissant clairement sous-entendre que quoi qu'il lui propose, il n'avait rien en son pouvoir pour la pousser physiquement à bout.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMer 17 Oct - 15:55

    Elle était sur la défensive, ça se sentait clairement. Oh, bien entendu, elle restait elle, une chose indéfinissable, aux pouvoirs étranges et encore flous. Elle ne semblait pas craindre la douleur. Elle pouvait soigner. Quoi d'autre ? Peut-être qu'elle pouvait passer à travers les murs, peut-être qu'elle pouvait cracher du feu, peut-être qu'elle pouvait toucher sa langue avec son nez ; il y avait tant de possibilités. L'idée de se tenir face à une machine à tuer ne le dérangeait pas, par ailleurs. L'insolence du russe ne connaissait aucune limite, peut-être parce que rien ne le rattachait vraiment à cette vie. Il n'avait ni ami, ni avenir, ni même passé à chérir. Il n'y avait que le présent à consumer.
    « M'est avis que si je te vidais un chargeur, tu ferais quand même un peu la grimace. » La remarque lui arracha un énième sourire plein de provocation. Non, il n'avait pas peur et, non, il ne la pensait pas invincible, comme elle se plaisait à le paraître. Dure à cuir, oui. Mais elle avait saigné et avait même laissé échappé quelques signes de douleur quand elle se triturait sa plaie. Elle pouvait souffrir. Et elle souffrirait, s'il le décidait, il en était persuadé. Il fallait juste bien calculer son coup. Déjà, son esprit s'emballait, cherchait les moyens de l'abattre. Comme ça, par jeu, simplement parce que c'était là un objectif dont rien n'indiquait la réussite. Contrairement au reste de sa vie. « Ah, Saskia, je t'aime déjà, » lâcha-t-il avec ce qui ressemblait à de la bonne humeur.
    Il avait gardé la balle dans sa main et, sans se départir de son sourire, il la porta face à son regard, prenant pour la première fois le temps de l'observer calmement. On ne voyait pas grand chose, en réalité. C'était toujours comme ça. Les choses les plus frappantes qui vous viviez ne survivaient que dans des détails insignifiants. « Si nous arrêtions de tourner autour du pot, hum ? Je suis là, face à toi, tu aurais pu me tuer depuis dix bonnes minutes, me fausser compagnie bien avant ça mais tu es toujours là et je respire encore. Si tu arrêtais simplement de réfléchir, pour voir ? Tu auras toujours l'occasion de me tuer pour faire machine arrière, puisque tu es certaine d'en être capable. »
    Personne ne pouvait le tuer. Sa mort n'appartenait qu'à lui. Il l'offrait à qui la voulait, toujours, tout le temps. Mais au dernier moment, il partirait avec la certitude d'être celui qui aurait appuyé sur la détente.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMer 17 Oct - 16:41

« Tu vas te faire bobo si tu joues avec des jouets d'adulte, mon petit Luka. »

Tranquille, la remarque ne manquait cependant pas de lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas espérer qu'elle le prenne au sérieux. Certes, le fond était raisonnable : Saskia n'était pas un gilet pare-balle, et les blessures létales du commun des mortels ne lui procurait pour ainsi dire aucun véritable bien-être physique. Mais elle y survivait. Avec le temps, elle s'était endurcie. Avoir vécu tout ce qu'elle avait vécu ne lui avait pas été inutile, bien au contraire.

Alors qu'elle achevait tranquillement sa cigarette avec un agréable goût sur la langue et une sensation parfaite de satisfaction, Luka vint à nouveau, tel un chien dans un jeu de quilles, perturber leur promenade - qui aurait sincèrement été très agréable s'il avait bien voulu la fermer plus de cinq secondes -.

« Allons, allons. Tout savoir se mérite. Détends-toi un peu, je te sens impatient. »

Saskia chercha dans une des poches de son sac à main, et en retira un penny solitaire. Le lançant à son tour dans l'air pour le rattraper, la jeune femme tira une longue taffe avant de reprendre, coupant court aux mille et une questions du jeune homme.

« Pile ou face ? »

Lançant son mégot dans les airs, ce dernier alla s'échouer quelques mètres derrière eux. Ses doigts glacés tenaient à présent avec minutie la petite pièce d'argent, tandis que son regard soutenait celui de Luka avec un amusement plus que visible.

« Si tu gagnes, j'accepterai sans problème de répondre à une seule question, et ca sera tout. Par contre, si tu perds ... »

Elle n'acheva pas sa phrase : les conditions de sa propre victoire n'appartenaient qu'à elle. Et si elle décidait que sa perte menait à sa mort où à quoi que ce soit d'autre ... Elle agirait en conséquence et selon son instinct, comme bien souvent.

« Si tu perds, eh bien ta décision m'appartiendra. Alors, ta réponse ? »

Il n'accepterait peut-être pas : le risque que l'objet de ses attentions et de toutes ses convoitises lui file entre les doigts à cause d'un lancer de pièce mal fait le rendrait bien trop fou de rage. Non, il trouverait un moyen de tricher, une parade quelconque. Mais à dire vrai, peu lui importait : elle avait envie de lui faire perdre son temps au maximum, et l'objectif l'amusait au plus haut point.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMer 17 Oct - 16:55

    Face. Toujours face. Il n'hésita pas une seule seconde, ni pour la participation, ni pour son choix. Luka aimait la chance, à moins que ça ne fut la chance qui aimât Luka. Dans un cas comme dans l'autre, il gagnait souvent, à ce genre de jeux de hasard. Et pourtant... « Pile. »
    De façon assez surprenante, Luka n'avait rien à gagner à... gagner. Qu'était une question, au fond, face à l'inconnu que lui offrait le suspens de l'adorable Saskia. Elle lui offrait une voie sans issue tout en poussant discrètement une porte dérobée. Elle pouvait bien être piégée, débouchée dans un précipice sans fond, au moins ne pourrait-on pas dire qu'il eut choisi la facilité. Non, Sisi était un mystère, elle lui offrait une bien piètre vérité et il voulait plus, beaucoup plus. Une question. De qui se moquait-elle, sérieusement ?
    Elle lança la pièce et il la regarda s'envoler dans les airs, le cœur léger et la conscience tranquille. Ce serait face, il en était persuadé. Même dans le hasard, il pensait garder la maîtrise. Lentement, très lentement, le morceau de métal monta, se figea un instant en l'air avant de tomber dans un tintement plein de promesses. Le mouvement de rotation du mobile s'accéléra, alors que la gravité se rappelait à son bon souvenir, et il frappa la peau tendue de la paume de Saskia dans un claquement presque inaudible. L'œil vif de Luka eut juste le temps de voir le côté pile briller fièrement, avant que la main de la chose ne la retourna sur le dos de sa sœur. Si bien qu'au final, c'était bien la face qui les narguait tous deux.
    Le sourire de Luka était sans équivoque possible. Il avait peut-être, aux yeux du jeu, perdu, mais c'était des lèvres de vainqueurs qui narguaient son adversaire du soir.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMer 17 Oct - 17:18

Le hasard décida de faire les choses de manière galante, et la main de la démone dévoila un face triomphant sous les yeux de son homologue russe. Bizarrement, il sembla prendre avec une élégante facétie son échec, ce qui à vrai dire ne toucha pas tout de suite Saskia - peut-être à tort -.

« C'est tout ? Eh bien. Défaite modeste. »

Elle ne pouffait pas de rire, mais le son de sa voix traduisait clairement sa satisfaction. Même si par delà le fait d'avoir gagné, elle n'appréciait pas ce petit sourire tenace qui habitait les lèvres du russe comme s'il avait réussi à remporter quelque chose dont elle ignorait la réelle teneur.

Saskia et lui finirent par se retrouver plongés dans le calme moins relatif d'une grand-rue. Refermant soigneusement sa veste en cuir sur elle en vérifiant une ultime fois que ni ses mains, ni aucune partie de son corps ne trahissait le rouge écarlate qu'elle avait répandu sur le sol quelques minutes plus tôt seulement, la brunette balaya l'avenue d'un regard ample. Londres lui paraissait vaguement désert, brutalement étranger et désagréablement froid. Elle n'avait pas envie de rentrer chez elle ; elle n'avait pas envie de faire face à la solitude, pas plus qu'au fond, elle n'était véritablement à l'aise sous la présence ostentatoire de Luka. Elle voulait aller quelque part, peu importait. Le goût de son succès lui parut rapidement fade et se dissipa, déjà rassasiée du peu qu'on lui fournissait.

Alors qu'il était étrangement muet et bien trop guilleret à son goût, Saskia finit par rompre le calme entre eux, agacée de ne pas se sentir tant que ça honorée par sa victoire.

« A quoi tu joues, sincèrement ? »

Elle fronça les sourcils, ouvrant la bouche mais la refermant aussitôt alors qu'un passant les doublait prestement. Attendant que ce dernier soit assez loin et les quitte du regard, la russe reprit.

« Tu me harcèles depuis tout à l'heure avec une lourdeur incroyable : je te fais le coup du pile ou face, ce qui soit dit en passant ne m'était plus arrivé depuis mille ... Oh, bref, depuis longtemps. Et toi, tu résignes aux règles d'un jeu à la con de gosses ? Juste parce que je te le dis ? »

Oui, elle avait particulièrement conscience d'engueuler Luka pour le simple fait qu'il la laissait tranquille. Que ce fusse son côté masochiste qui parlait pour elle ou autre chose, Saskia préférait encore mille fois entendre Luka débiter des insanités que garder ce silence plein d'arrogance et de mysticisme. C'était insupportable pour elle d'avoir la vague sensation qu'il en sache plus qu'elle, qu'il reste aussi droit et implacable alors que, bon sang, les gens se démenaient toujours pour elle. Le monde tournait toujours de cette manière pour Venestroïka, depuis bientôt quatre siècles.

« J'm'attendais à autre chose de la part d'un pauvre fils à papa qui se vante d'avoir des yaytsa qu'il ne sait pas porter. »

Elle lâcha l'insulte avec un cynisme évident, avant de passer la main dans ses cheveux, visiblement irritée sans pouvoir mettre un mot sur la colère qui lui prenait.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeJeu 18 Oct - 12:56

    Elle avait beau être exceptionnelle à bien des égards, la belle Saskia n'en demeurait pas moins une femme ; de ce fait, elle arborait et le silence et ce qu'elle ne comprenait pas. Joueur, Luka lui offrait donc ce qu'il lui fallait de silence et ce qu'il lui fallait d'énigmes. En ce soumettant par deux fois à sa loi — la première en jouant à son jeu, la deuxième en « provoquant » ou tout du moins souhaitant sa propre défaite — il devenait soudainement imprévisible. « C'est bien là ton erreur, ma douce. Tu penses me connaître, tu penses savoir ce que je veux et tu penses deviner ce que je vais faire pour l'obtenir. » Il sourit, mi-charmeur, mi-moqueur. « La vérité, Sisi, elle est bien simple. J'ai déjà gagné. Tu tentes de te convaincre du contraire, mais regarde, je suis toujours là. J'ai joué, j'ai perdu et pourtant, je suis toujours à tes côtés. Tu m'offrais une réponse, pensais-tu réellement que j'allais m'en contenter ? »
    Ses yeux la défiaient de le contredire. Il savait — ou pensait savoir, pour lui, cela revenait au même — qu'il finirait par obtenir ce qu'il voulait. Il avait toujours réussi. Alors, certes, il ne s'était jamais attaqué à pareil phénomène, mais au final, elle était — avait été ? — humaine et, de fait, ne devait pas réfléchir si différemment des milliards d'âmes qui arpentaient la planète. « Cesse donc d'agiter des bras et de te vexer parce que je ne réagis pas comme tu l'attendais. Je ne réagis jamais comme on l'attend. Il va falloir t'y habituer. »
    Ils n'étaient plus seuls, désormais, des passants les entouraient. Luka doutait qu'ils tendissent l'oreille, mais même si c'était le cas, il n'en avait cure. Ce ne semblait pas être le cas de la belle Saskia qui prenait bien soin de réduire le volume sonore au maximum dès que quelqu'un approchait trop de l'improbable couple. C'était amusant, au départ, mais quand cela hachait une phrase trois fois. « Que dirais-tu de nous isoler un peu. Chez moi, par exemple. Il y aura bien assez de place pour te permettre de faire tes cents pas, crut-il bon d'ajouter avec bonne humeur. Promis, je n'arracherai aucun de tes vêtements et ne ferai aucune proposition indécente. Il faudra que ça vienne de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeJeu 18 Oct - 13:58

Saskia décida qu'aucune réponse viable ne s'offrirait aux espoirs moqueurs de Luka. Déjà parce qu'il eut été bien trop heureux de savoir qu'il avait tapé juste ; et surtout parce qu'opposer une perpétuelle résistance à ses crises d'égocentrisme semblait totalement vain. Perturbée par ses propres réflexes, la russe songe que la fatigue et le contrecoup des balles prises et échangées, sans parler du sauvetage décidément non-mérité de son compère d'infortune, devaient y être pour quelque chose. La fatigue n'était pas physique, loin de là ; à dire vrai, elle aurait même préféré avoir à courir, et aurait été clairement incapable de fermer les yeux.

Incrédule, la proposition qu'il lui fit le plus naturellement du monde ne manqua pas de la faire hausser des sourcils d'une franche surprise. Comme pour être sûre que tout cela n'était pas une autre fumisterie vaseuse de la part de ce cher et tendre Igniatev, elle lui répéta ses propres dires, y mettant la dose suffisante de sarcasme pour faire sentir à son homologue ses réticences - fondées, il fallait être honnête -.

« Chez toi hein ? »

Après tout, ils ne pouvaient pas se séparer comme ça. Lui avait sûrement envie de savoir qui elle était et ce qu'elle avait à lui cacher, mais Saskia se rendait réellement compte que s'être exposée de cette manière à quelqu'un comme Luka n'était pas sans conséquences. Leurs rapports, quoi qu'ils deviendraient, devaient être régis par des conditions claires. Elle n'avait pas envie qu'il devienne le maître d'une situation où elle n'avait au final pas grand chose à gagner, et lui beaucoup trop à en tirer. Mais au vu de sa motivation et de son allure coriace, le trader lui laissait présager de mauvaises augures : était-il capable de faire tout son possible pour trouver sa propre adresse et débarquer chez elle sur le coup des trois heures du matin ?

Fut-ce le hasard ou non, ce fut le trafic qui poussa Saskia à faire un rapide choix. Alors qu'elle regardait sans vraiment le voir la double-voie où de rares voitures s'aventuraient pour disparaître au tournant, le gyrophare et la sirène d'une voiture aux couleurs bleues et vertes achevèrent de sortir la brunette de sa léthargie morose. Presque électrifiée par ce bruyant rappel, le bon sens lui souffla qu'ils couraient un danger certain à rôder près du lieu du crime plutôt que de ne pas avoir déjà déguerpi.

« Très bien. De toute manière il faut qu'on se mette d'accord sur la version officielle de ce qui vient de se passer cette nuit, et au plus vite au mieux. »

Cherchant du regard un taxi, son attente fut rapidement récompensée, et la jeune russe de héler le 'cab' d'un geste vif du bras, ce dernier ralentissant pour stationner à leur hauteur. Le carreau passager se baissa, et la tête d'un vieillard aux traits burinés, marqué de fortes pattes d'oie, apparut à leurs regards respectifs.

« 'Vous emmène où les tourtereaux ? »

La démone leva les yeux au ciel. Voilà qui commençait déjà très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeJeu 18 Oct - 17:45

    « Il aurait fallu y penser avant, non ? » se moqua-t-il ouvertement. « Mais ne t'inquiète pas trop, ces trois là devaient être connus des services. Ils vont conclure à un règlement de compte. Tu vas juste être virée parce que tu as oublié de fermer à clef. De toute façon, ce n'est pas leur boss qui parlera. Je sais trop de choses pour qu'il mêle la police à toute cette histoire. »
    Petit sourire mystérieux du beau diable, qui laissa la demoiselle s'occuper de trouver un taxi. Mine de rien, c'était quand même elle qui avait le plus de chance de trouver son bonheur. C'était la triste loi des chauffeurs de taxi, c'était presque tous des hommes. Et le mot « presque » n'était là que pour ne pas froisser les quelques féministes qui militaient pour les chauffeuses de taxi. parce qu'en vérité, Luka ne se souvenait pas en avoir vu une seule depuis qu'il était dans la capitale britannique. Alors qu'il s'appesantissait sur l'égalité homme femme dans les transports en commun, un véhicule s'immobilisa et la tête d'un vieillard — surprise, il s'agissait d'un homme ! — leur demanda gentiment où ils voulaient aller. « Ah, l'ami, crois moi, j'aimerai beaucoup, répondit au tac-o-tac le trader en référence au dernier mot du brave homme. Mais je vais te faire une confidence... Elle ne pense qu'au sexe. »
    Pour éviter les foudres de la concernée autant que la confusion gênée du conducteur, il s'engouffra à l'intérieur de la voiture et s'installa confortablement côté route. Finalement, quand Saskia l'eut rejoint, il donna son adresse au conducteur et lança un sourire ravageur à la brave chose.

    Il fallut vingt minutes au véhicule pour se frayer un chemin jusqu'à destination. Négligemment, Luka proposa de payer et s'exécuta galamment sans attendre de réponse. Ce n'était pas une petite course de taxi qui allait le ruiner, de toute façon. Conduisant son invitée dans les dédales de son immeuble, l'initiant aux dangers des escaliers et aux joies des ascenseurs, il atteignirent finalement l'étage désirée et, sans chercher à ménager un quelconque suspens, le propriétaire des lieux ouvrit la porte de son petit chez lui.
    « Fais comme chez toi, » l'invita-t-il en lançant négligemment son manteau trempé sur une chaise non loin, avant de s'affaler, parfaitement à son aise, dans le canapé le plus proche. Il put admirer Saskia prendre la mesure de tout l'espace disponible. Et oui, travailler à la City, ça pouvait payer.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeJeu 18 Oct - 18:17

Un règlement de compte, fin de l'enquête de police. Bah voyons. Elle aurait bien aimé. Sauf que si la présence de Luka n'était pas soupçonnable, la sienne était forcée : la démone aurait préféré que tout ceci arrive pendant une nuit où elle aurait été en plein sommeil. Les alibis auraient été bien moins difficiles à prouver.

Se contentant de lui enjoindre un petit coup de talon dans les mollets avant qu'il ne se faufile dans la voiture pour son incommensurable connerie, la brunette garda le silence dans la voiture, obstinément concentrée à regarder tout sauf dans la direction du trader ; elle ne fut pas moins ravie de savoir qu'ils étaiet arrivés - sa moue volontaire avait rendu le trajet excessivement long -, et sortit comme un diable de sa boîte du taxi, laissant Luka se charger des broutilles pécunières. Il était déjà meilleur en black-card qu'en ami.

Grimpant à sa suite le dédale d'escaliers sobres et clairs, Saskia soupçonna à cent mille mètres le repère à golden-boy, mais ne dit mot : après tout les préjugés avaient tellement la peau dure - même si Saskia avait forcément une bouteille de vodka dans sa piaule pour les moments difficiles, origines oblige -.

Elle ne put cependant se contenir bien longtemps, et modula un sifflement digne des machos les plus entraînés lorsque son pied droit se posa sur le parquet fraîchement briqué de l'appartement, que dis-je, du stade de foot qui lui servait de chez-lui. Il y en avait qui se laissaient allègrement aller. La jeune femme se réjouit fugitivement et intérieurement qu'Igniatev ne se soit pas délibérément incrusté chez elle, l'effet de surprise aurait été proportionnellement inverse.

Posant distraitement son sac dans un coin, la douce créature s'approcher des larges baies, y collant presque le nez pour admirer à quel point la vue pouvait être vertigineuse quand on s'y plongeait un peu trop. Voilà qui était peut-être le principal responsable des lubies mégalomanes de Luka : à force de physiquement dominer Londres, le pauvre avait pris ses constatations quotidiennes pour des réalités.

« C'est un peu à l'étroit, hein. » lâcha t-elle, vaguement moqueuse.

Bras croisés, elle se retourna, jaugeant l'endroit. Le mobilier design dernier cri se battait aux côtés d'oeuvres contemporaines arborées ça et là, comme des trophées, l'air de rien. J'ai de l'argent, mais la culture n'a pas de prix pour un homme comme moi, voilà ce que ca avait l'air de gueuler. N'émettant qu'un bref reniflement qui laissait clairement comprendre sa pensée là-dessus, la jeune femme continua d'arpenter le salon, revenant finalement à la vue imprenable - cette saloperie lui plaisait beaucoup, à contrario de toutes les babioles qui donnaient une allure bien trop guindée à l'appartement -.

« Ce soir, tu étais au bar ; tu as payé tes consommations tant bien que mal, et tu es parti sur les genoux en baragouinant je ne sais quoi sur les nanas que tu allais te faire avec ton haleine qui empestait le gin. J'ai fait la fermeture du bar seule, et alors que j'allais compter la caisse, quatre individus armés sont rentrés pour prendre l'argent. Tous armés, mais à visage découvert. Ca a dégénéré quand ils ont voulu faire le partage, l'un voulait rouler les trois autres : ils ont fini par tous se tirer dessus. J'en ai profité pour fuir, mais l'autre est parti et ... a détruit toute preuve tangible de ce que je viens de dire. »

Ca sonnait bien. C'était simple, peu vérifiable, mais ca collait avec le reste. Tout le reste. Luka pouvait peut-être y objecter un ou deux détails, ce qui ne ferait que pousser le réalisme du mensonge à son summum. Dommage qu'elle y perde son boulot, au final elle ne s'y plaisait pas trop mal : elle avait tout le temps droit à de gras pourboires, et la vie avait une simplicité délicieuse.

« Tu fais chier. J'aimais bien ce travail. »
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeSam 20 Oct - 7:22

    « Tu ne dresses pas un portrait très flatteur de ma personne, dans ton petit récit, fit-il remarquer avec un sourire amusé. Soit, si c'est ce que tu veux raconter aux flics, fais-toi plaisir. Mais je parie sur le fait que tu n'en auras même pas besoin. Je ne serai pas surpris d'apprendre aux nouvelles que ton bar minable ait été cambriolé, et aucune trace de meurtres. Sans nouvelles de ses brutes, ça ne m'étonnerai pas qu'il ait envoyé quelqu'un ; ce quelqu'un aura fait le nécessaire pour nettoyer le bordel que tu as laissé derrière toi. »
    Il tenait toujours la balle qui avait manqué le tuer, la faisant rouler entre ses doigts agiles avec un sourire narquois. Comme pour enfoncer le cou, il ajouta : « Ce n'était pas des citoyens ordinaires que tu as buté ce soir, ma belle. Ils n'appartiennent pas au même monde, ils ne suivent pas les mêmes lois et ils détestent par dessus tout que la police soit impliquée dans leurs petites affaires. » Il marqua une pause, jouant sur le dramatique de la situation, avant de reprendre. « Non, si tu dois te soucier de quelque chose, c'est bien ma survie. » Il éclata de rire.
    C'était d'un psy dont Luka avait besoin. La perspective d'être la cible de la mafia locale ne semblait pas le déranger outre mesure. Cela semblait l'amuser, comme s'il eut été un homme invincible, que rien ne pouvait abattre. En réalité, il s'agissait plutôt d'un homme désespéré qui n'avait rien à perdre, rien à gagner, un être coincé dans un présent fade qui s'était forgé une carapace d'orgueil, de mépris et de confiance en soi. C'était ça, Luka. Mais pour le découvrir, il fallait creuser longtemps ; pas sûr que Saski pût avoir le temps, dans ces conditions.
    « Bien, ma douce. Revenons-en au plus important. Tu as gagné, j'ai perdu. J'attends que tu jouisses de ta victoire. »
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeDim 21 Oct - 8:46

« Ta survie ? »

Elle arqua un sourcil, affichant l’air de celle qui découvre un mot totalement nouveau. Lui coulant un regard plutôt clair sur ses intentions, la jeune femme lui rétorqua sans le moindre scrupule.

« Qui sème le vent récolte la tempête, Luka. Je ne suis pas ton ange gardien. »

Elle éclata de rire avant de se détourner totalement du salon pour se diriger vers son sac et se saisir d’une deuxième cigarette qu’elle alluma. S’effondrant dans le fauteuil le plus proche, la jeune femme aspira une longue bouffée de cette dernière avant de le regarder fixement, et de commencer à débiter d’un ton monocorde.

« Qu’est-ce que tu veux que je te dise, mon pauvre ? Tu n’es pas tombé sur la bonne personne. Je ne fais que guérir, je ne tue pas sur commande. C’est ce qu’un démon fait. »

Le mot était lâché, et elle avait même attendu un moment plus relâché pour pouvoir jeter le pavé dans la mare en faisant le maximum d’éclaboussures. Saskia attendait déjà, presque comme une gosse qui trépignait, l’indignation et les moqueries ignardes d’Igniatev : allons, les démons ne protègent pas, c’est bien connu, ce sont les mauvais garçons de l’histoire, tu te fiches de moi, et puis ca n’existe pas, et la Bible, non mais enfin, Sisi, arrête ton char.

D’un ton tranquille, alors que sa main gauche pianotait paisiblement sur le bras droit du fauteuil, elle tira encore une latte avant de soupirer.

« Tu fais un piètre hôte : pour une fois, j’aurais aimé qu’on me serve. »

Et, passant du coq à l’âne, elle se redressa prestement, et partit vers un meuble de bois clair, qui devait sûrement contenir les réserves à alcool – qu’elle supposait à juste titre diverses et fructifiantes – du russe, jaugeant d’un œil appréciateur les bouteilles à choisir.

« Quel bordel. Mmmh. Non. Je boirais bien du champagne. »

Se retournant, elle partit fureter vers la cuisine, peu au courant des us et coutumes de la civilisation moderne qui désapprouvaient une telle attitude.


Dernière édition par Saskia Venestroïka le Mar 23 Oct - 16:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 23 Oct - 16:28

    « On en revient à ce que je te disais, donc, répondit-il tranquillement depuis son « trône », cette petite aventure n'impactera pas ta vie, pas besoin de t'inventer un alibi aussi foireux qu'inutile. »
    C'était quand même bon, de rentrer chez soi. Pas que l'Igniatev attachât une quelconque affection à son appartement, loin s'en fallait, mais il fallait bien reconnaître que les canapés étaient confortables. Grand seigneur face à sa cour, Luka observait Saskia avec un silence relatif. Elle semblait avoir retrouvé son calme et sa maîtrise de soi. C'était bien. Bien entendu, cela aurait été mieux si elle ne les avait pas perdus en premier lieu, mais tout le monde ne pouvait pas être autant déconnecté de la réalité que lui. « Un démon, hein ? releva-t-il sans vraiment montrer ses émotions. Alors, c'est ce que tu es ? »
    Pour l'heure, il ne tirait aucune conclusion des dires de la demoiselle. Il la voulait bavarde, certes, mais il n'était pas assez naïf pour croire tout ce qu'elle pourrait lui dire. En tout cas, pas encore. S'il parvenait à la briser, d'une façon ou d'une autre, alors il n'aurait plus à se soucier du mensonge ou de la vérité, mais il était face à un gros — et non gras — morceau. Par dessus tout, il ne voulait rien lâcher et il savait très bien que Saskia voulait le désarçonner. Il lui souhaiter bien du courage. « Imaginons que tu dises vrai. Qu'est-ce qu'un démon, dans ton monde, ma belle Sisi ? »
    Elle se plaint alors du manque d'hospitalité de son hôte et Luka sourit, bien obligé de reconnaître qu'il n'était en effet pas de la meilleure compagnie. Sauf quand il le voulait bien, bien entendu. Aussi ne put-il s'empêcher de rire, un brin narquois, avant de la regarder faire comme chez elle. « Tu vois, tu commences déjà à prendre tes marques. » S'affalant encore un peu plus sur son canapé, pour bien montrer sa volonté de ne pas bouger une oreille pour l'aider à faire son choix, il reprit : « As-tu toujours peur de devenir ma... comment as-tu dit, déjà... Pute de luxe. Ou bien commences-tu à considérer les avantages de ma proposition ? »
    Elle pouvait bien fuir quelque part dans la cuisine, à la recherche d'un champagne qu'elle trouverait sans peine, il n'en avait cure. S'étirant, il s'allongea tout à fait, la tête négligemment relevée par le bord du meuble. Pensivement, il continua de jouer avec sa balle, attendant une réponse de la belle.
    Il la voulait. Pas comme les autres, à genoux devant lui. Non, il la voulait toute entière, bien au delà de ce qu'il avait déjà fait à d'autres. Il voulait ses secrets, il voulait son avenir. Il n'avait aucune idée de comment il pourrait jamais l'obtenir, ni même si c'était juste possible. Mais il n'en pouvait plus de ces choses soit-disant difficiles.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia Venestroïka

Saskia Venestroïka

Féminin Age : 28
Messages : 68
Date d'inscription : 08/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 23 Oct - 16:53

« Fais travailler ton imagination, Igniatev. »

Soupirant de délectation en dénichant enfin son bonheur, la jeune femme se redressa, apparaissant derrière le comptoir avec une fameuse bouteille en main – certainement pas la moins chère qu’elle ait vu de sa vie ; le vin français avait une saveur particulière et lui remémorait de bien doux souvenirs d’opulence – dont elle se contenta de faire péter le bouchon. Habitée par de vieux réflexes, la jeune femme se saisit de deux coupes qu’elle trouva sans mal.

« Qu’est-ce qu’un démon peut bien avoir à foutre à une pareille époque ? En fait, théoriquement ... On n’aurait même pas besoin de nous. »

Si la théorie se joignait en accord avec la pratique. Or, dans ce monde aussi étrange que celui dans lequel ils évoluaient, les envoyés de Dieu détruisaient, et les démons soignaient les plaies béantes laissées par ces demi-molles d’angelots. Un paradoxe que si peu semblaient croire qu’il n’était pas envisageable de dévoiler son identité pour l’autre raison ; celle de s’exposer à un lynchage religieux démentiel.

Servant une rasade copieuse d’alcool dans sa propre coupe, elle laissa le reste traîner sur la table basse, tirant une longue taffe sur sa cigarette avant de la lever en direction de Luka, portant un toast bien énigmatique.

« Oh, et inutile de m’asperger d’eau bénite ou de sortir une croix de bois, ces conneries-là, c’est bon pour les navets littéraires. Santé ! »

Saskia but une gorgée qui en valait peut-être deux ou trois. Décidément, elle appréciait le confort des businessmen.

« Ta proposition, hein ? Elle tient en quoi, au juste ? »

La russe l’observa, le menton fiché au creux de sa paume de main. Il était là, face à elle, vautré dans la facilité, et néanmoins auteur de sa réussite - elle devait arracher bien des larmes de rage à certains -. La distance entre eux l’aidait sûrement à faire la part des choses : car qui n’aurait pas vacillé de plaisir ou frémi d’envie à l’idée de céder aux caprices de Luka ? Bien peu de femmes, c’était certain. L’évidence lui chuchotait qu’on avait rarement essuyé de refus chez les Igniatev.

« Qu’est-ce que tu penses avoir de suffisant pour intéresser quelqu’un comme moi ? »

Un sourire se dessina lentement sur ses lèvres. Pas plus joueuse qu’elle n’était sérieuse, elle le regardait, feignant un air mondain et profondément ennuyé, sirotant son champagne avec toute l’aise des grandes dames.
Revenir en haut Aller en bas
Luka Igniatev

Luka Igniatev

Masculin Age : 29
Messages : 38
Date d'inscription : 11/10/2012

Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitimeMar 23 Oct - 20:23

    Ah, la sale gouine, lâcha l'Igniatev — en pensée, tout du moins — alors que la diablesse évitait soigneusement de répondre à sa question. Non pas que le trentenaire eut quelque chose contre les lesbiennes, bien au contraire — c'était un spectacle très appréciable —, mais dans des moments de frustration intenses, l'homme en revenait parfois aux insultes les plus primaires et, de tout temps, on avait regardé l'orientation sexuelle de ses congénères pour mieux les tourner en dérision.
    Bref.
    Le ruse était face à un mystère qui, l'urgence de la situation passée, se drapait à nouveau de ses réponses évasives. Finalement, il avait peut-être mal joué. Il avait voulu l'attirer chez lui pour lui offrir un cadre plus calme et la mettre en confiance ; il semblait désormais que sous la pression de la rue et de l'extérieur, Saskia parlait plus facilement. C'était cependant bon à savoir et Luka chassa très vite ses préoccupations. S'il fallait l'entraîner dehors et bien, il trouverait un moyen. En attendant, il était trop bien installé pour se laisser tirer de son cocon douillé. Après tout, il avait failli mourir, non ? Cette pensée lui arracha un sourire ironique. « Si je devais te tuer, se hasarda-t-il avec une lueur de défi dans le regard, je crois que je te couperai la tête. Et je séparerai les deux bouts, au cas où. Bizarrement, je doute parvenir à détruire l'un ou l'autre. » On parlait tout de même d'une démone. Si le russe se doutait que la légende et l'imaginaire populaire avait inventé bien des choses, il devait y avoir des soupçons de vérité. Non ?
    Il revint finalement sur la proposition qu'il lui avait faite et elle ne fit que relever le flou qui entourait cette dernière. Remarque intelligente, qui fit sourire le trader. « Quelqu'un comme toi... » Il arrêta son petit jeu avec sa balle désormais fétiche et se redressa. « Je vais peut-être te surprendre, ma belle, mais les seules choses qui m'intéressent se trouve dans ta tête. Je me contrefous de ta force, tout comme je n'ai rien à carrer de ta formidable capacité de guérir très vite. À la rigueur, je pourrais trouver une utilité à ta capacité à me soigner. » Il se tapota son flanc avec un sourire amusé. « Mais, en réalité, c'est l'énigme que tu représentes qui est intéressantes. Sauf ton respect, pour tout le reste, j'estime être mieux loti que toi. »
    Ça, c'était pour la fierté de la barmaid, certes invincible mais néanmoins, eh bien... barmaid. « Si tu m'offres ce qui m'intéressent, je te donner accès à ce que ton... extraordinarité, si j'osais inventer le mot, n'a su t'apporter. » Et Luka d'ajouter, croyant la remarque intéressante : « Ça ne se limite pas à un bel immeuble et à un compte en banque plein à craquer, d'ailleurs. Je connais du monde, beaucoup de monde. Mon influence est réelle. Tes désirs, je me fais fort de les satisfaire. Et grand bien me fasse, ce n'est pas la moralité qui m'arrêtera. »
    Sous-entendu : tu veux violer des enfants et voler les âmes des vierges, grand bien te fasse, ce n'est pas l'Igniatev qui t'arrêtera. Il pourra même t'aider.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Quand on joue avec le feu | Saskia Empty
MessageSujet: Re: Quand on joue avec le feu | Saskia   Quand on joue avec le feu | Saskia Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on joue avec le feu | Saskia
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aequilibrium Caelestis :: UT AMERIS, UT AMABILIS ESTO :: 
• Camden Town
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser